Analyses

Accueil

 

Agitprop

English

Art

Français

Références

Español

Présentation

Plan site

 

 

 

 

 

Français   >   Analyses   >

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

1933‑1945 : Le KPD dans la lutte contre la dictature national-socialiste
1918‑1922 : Révolution et contrerévolution

 

 

De 1918 à 1922: En Allemagne, à la fin de la Première guerre mondiale, éclate un mouvement insurrectionnel qui s'étend à travers tout le pays. Le Parti communiste d'Allemagne se constitue le 30 décembre 1918. Il tente de donner une impulsion révolutionnaire aux luttes, mais le Parti social-démocrate d'Allemagne réussit à canaliser le mouvement pour perpétuer la domination de la bourgeoisie, dans le cadre d'une république parlementaire.

 

 

 

 

 

 

Écrit: janvier 2013

Version imprimable
1933 1945: Le KPD dans la lutte contre la dictature national-socialiste - Sommaire

 

 

 

 

 

 

L'époque de la révolution prolétarienne revue et corrigée par la social-démocratie

Coalition gouvernementale: le premier pas

République socialiste ou République social-démocrate?

Collaboration de classe: on y met les formes

Alliance SPD - Armée: elle sera faite pour durer

Création du Parti communiste

La mise en scène du rétablissement de la légalité

Gauche? Droite? En marche, gauche, droite, gauche, droite...

L'extrême-droite attaque, la social-démocratie se défend... contre la classe ouvrière

L'offensive de mars 1921

Clivages politiques au KPD

 

Dans ce qui suit nous donnons un bref exposé des évènements qui ont marqué, en Allemagne, la période après la Première Guerre mondiale: la tentative de révolution de fin 1918 et début 1919, et l'affrontement frontal entre les forces révolutionnaires et la bourgeoisie qui s'en suivit, se prolongeant jusqu'en 1923. Le récit des faits n'est nullement exhaustif, en particulier en ce qui concerne la succession des actions engagées par le prolétariat. Seuls certains évènements sont mentionnés, en fonction de leur signification particulière. Mais il faut garder à l'esprit que tout au long de la période considérée, une lutte ouverte et aigüe oppose en permanence la classe ouvrière à la bourgeoisie et au pouvoir d'État, bien que de manière plus ou moins massive selon les moments et les endroits.

Le “Troisième Reich”, le “Reich millénaire” (“Reich” signifiant “Empire”), s'affirmait dans l'idéologie national-socialiste comme le continuateur du premier empire germanique, celui issu du partage de l'empire franc de Charlemagne, au cours des 9e et 10e siècles; il prétendait inaugurer une nouvelle époque millénaire, sinon éternelle. En 1867 avait été établie la Confédération de l'Allemagne du Nord, sous l'hégémonie de la Prusse; Guillaume Ier, roi de Prusse, avait été désigné comme Président confédéral, Otto von Bismarck comme Chancelier confédéral. En 1871, après la conclusion de traités avec les États allemands du Sud, avait été fondé le deuxième Empire allemand, et Guillaume Ier proclamé Empereur. L'évènement s'inscrivait dans le cadre d'une série d'autres faits historiques importants: la guerre entre l'Allemagne et la France, la guerre civile en France, l'écrasement de la Commune de Paris.

En 1888 ce fut d'abord Frédéric III qui succéda à Guillaume Ier, puis Guillaume II devint Empereur. Quant à Bismarck, il fut congédié en 1890; il aura été l'un des principaux dirigeants conduisant la bourgeoisie allemande dans la lutte pour le partage du monde, à l'époque de l'impérialisme capitaliste naissant.

La Première Guerre mondiale entraina la disparition du régime politique monarchique. L'Empire confédéral en tant qu'État dominé par la bourgeoisie et basé sur le système économique capitaliste, impérialiste, resta néanmoins en place.

L'époque de la révolution prolétarienne revue et corrigée par la social-démocratie

La révolution prolétarienne mondiale remporte une immense victoire lorsque le 7 novembre 1917, la Révolution d'Octobre éclate à Petrograd. Le 3 mars 1918, la Russie soviétique signe le traité de paix de Brest-Litovsk avec l'Allemagne. Il sera annulé par la RSFS de Russie[1] le 13 novembre de la même année, compte tenu de certaines clauses figurant dans l'Armistice signé le 11 novembre par l'Allemagne. La Révolution d'Octobre contribuera largement à l'essor du mouvement révolutionnaire en Allemagne, tel qu'il se développera au cours des années 1918‑1923.

L'un des faits majeurs qui caractérisent la lutte de classe en Allemagne pendant cette période, c'est le rôle contrerévolutionnaire joué par le Parti social-démocrate d'Allemagne (Sozialdemokratische Partei Deutschlands, SPD). Pourtant, à l'origine, le terme social-démocratie désignait le mouvement politique se situant dans la perspective de la lutte pour le communisme. Or les partis rassemblés au sein de la Deuxième Internationale (socialiste), et parmi eux le SPD, avaient fait faillite, du point de vue du mouvement communiste authentique. Parmi les principaux dirigeants du SPD d'alors, on peut citer: Eduard Bernstein, Friedrich Ebert, Rudolf Hilferding, Karl Kautsky, Philipp Scheidemann.

Nombreux étaient cependant les membres du SPD refusant les positions sur lesquelles se plaçait alors sa direction. À partir de 1915 s'organise le Groupe “Internationale”, réunissant la fraction la plus révolutionnaire au sein du SPD[2]. Il est dénommé ainsi en référence à la revue Die Internationale, dont le premier ‑ et seul ‑ numéro est publié par Rosa Luxemburg et Franz Mehring en avril 1915. Le 1er janvier 1916 se tient une réunion du groupe, à laquelle participent Käte Duncker, Hugo Eberlein, Johann Knief, Karl Liebknecht, Rudolf Lindau, Mehring, Ernst Meyer, Karl Minster, Otto Rühle, Georg Schumann, August Thalheimer, Bertha Thalheimer. Un texte intitulé "Lignes directrices sur les tâches de la social-démocratie internationale" est adopté; il avait été préparé par Luxemburg qui à ce moment-là était emprisonnée. [Documents ] Knief et Lindau font partie du groupe désigné sous le nom de “Gauche radicale” (“Linksradikale”) respectivement de Brême et de Hambourg; ils critiquent les lignes directrices parce qu'ils considèrent nécessaire la fondation d'un parti propre. À partir de septembre 1916 le Groupe Internationale publie un organe illégal intitulé Spartakus, et c'est ainsi que par la suite il sera désigné couramment comme “Groupe Spartakus”.

Lorsque le 18 janvier 1917 les majoritaires du SPD excluent l'ensemble des opposants, il en résulte la fondation du “Parti social-démocrate indépendant d'Allemagne” (“Unabhängige Sozialdemokratische Partei Deutschlands”, USPD), le 6 avril. Y adhèrent entre autre: E. Bernstein, Rudolf Breitscheid, Ernst Däumig, Wilhelm Dittmann, Hugo Haase, R. Hilferding, K. Kautsky, Georg Ledebour. Les “Spartakistes” décident d'entrer au nouveau parti. Par distinction vis-à-vis de l'USPD, le SPD est alors désigné comme Parti social-démocrate majoritaire d'Allemagne (Mehrheits-Sozialdemokratische Partei Deutschlands, MSPD). Par ailleurs, en 1914 à Berlin, un noyau oppositionnel avait été formé au sein de l'Union allemande des Ouvriers de la Métallurgie (Deutscher Metallarbeiter-Verband, DMV) par des “Hommes de confiance” (“Vertrauensleute”). Cette institution tirait son origine de l'époque où les syndicats, de même que les socialistes, subissaient les limitations du droit de coalition; elle visait alors à assurer la coordination des activités entre les différents syndicats locaux. À partir de là s'était constitué peu à peu un groupe de délégués agissant en dehors du cadre syndical, les “Hommes de confiance révolutionnaires” (“Revolutionäre Obleute”). Parmi leurs principaux dirigeants figurent les membres de l'USPD Emil Barth, Ledebour, Richard Müller.

Bien que le processus de clarification de la situation sur le plan organisationnel soit marqué de beaucoup d'hésitations de la part des Spartakistes, les frontières sont néanmoins clairement tracées quant à l'attitude que prendront les communistes dans les luttes qui se développent.

L'évolution de la situation militaire entraine des vicissitudes quant à la forme du régime impériale. Le 29 aout 1916, l'Empereur limoge le chef d'État-major Erich von Falkenhayn et le remplace par le maréchal-général de campagne [Generalfeldmarschall] Paul von Hindenburg. Aux côtés de celui-ci, le général-major Erich Ludendorff assume la fonction, nouvellement créée, de “premier quartier-maitre général” [“Erster Generalquartiermeister”]. Ainsi nait le “Commandement suprême de l'Armée” [“Oberste Heeresleitung”], qui désormais tient les rênes du pouvoir. Parallèlement se déroule la mascarade habituelle de la part des soi-disant représentants du peuple. En mars 1917, l'USPD soumet à l'Assemblée nationale [Reichstag][3] une résolution exigeant un gouvernement parlementaire; le SPD demande la formation d'une commission chargée de préparer une réforme du régime politique, et le Parti national-libéral (Nationalliberale Partei, NLP) se prononce dans le même sens. Un point particulier débattu dans ce cadre est celui concernant le système électoral de Prusse, qui à l'époque est censitaire; le Parti populaire progressiste (Fortschrittliche Volkspartei, FVP) demande l'introduction du suffrage universel et égal, dans tous les États fédéraux. L'Assemblée nationale décide l'investiture d'une commission de constitution. Celle-ci se réunit le 2 mai et désigne Ph. Scheidemann comme président.

Le 16 avril 1917, l'Union des Ouvriers de la Métallurgie (DMV) déclenche une grève à Berlin pour protester en premier lieu contre l'approvisionnement insuffisant en vivres; plus de 200 000 ouvriers y participent. [Chronologie ] Au même moment il y a aussi des grèves à Braunschweig, Brême, Chemnitz, Halle, Leipzig, Magdeburg. Les revendications ont principalement un caractère économique, mais des objectifs politiques sont également énoncés dans certains cas, notamment à Leipzig où l'on compte environ 30 000 grévistes. Les mouvements se prolongent jusqu'au 23 avril.

On note que l'idée de la formation de conseils d'ouvriers se fait jour. À Leipzig, les grévistes formulent l'appel suivant[4]: "En vue de la représentation effective des intérêts des ouvriers, les personnes réunies invitent tous les groupes de professions à envoyer des représentants, afin de former ensemble avec les représentants des travailleurs de la métallurgie et du Parti social-démocrate indépendant, un conseil d'ouvriers." Les grévistes de l'usine Knorr-Bremse à Berlin formulent des revendications[5] qui correspondent à celles de Leipzig, et désignent un Conseil d'Ouvriers de trois délégués, dirigé par un Spartakiste. À l'issue de la grève, le Groupe Spartakus publiera un tract "Les leçons de la grande grève de masse"[6], dans lequel ils appellent à "procéder à la création d'une organisation spéciale de masse des travailleurs berlinois, pour la lutte en faveur de la paix. Les travailleurs impliqués de chaque entreprise devraient alors élire leurs délégués. Les délégués devraient instaurer un comité auquel devrait être conférée la direction de la lutte de masse et des actions de masse."

Dans le cadre de la répression déclenchée contre les ouvriers en lutte, le maréchal P. v. Hindenburg fait publier une lettre adressée au lieutenant-général Wilhelm Groener, commandant de l'Office de guerre [Kriegsamt], dans laquelle on peut lire entre autre[7]: "Quiconque chôme au lieu de travailler se charge d'une faute inexpiable. Il est responsable du sang qu'ont versé nos poilus." Il est activement soutenu dans ses efforts de propagande par les organes dirigeants des syndicats, qui écrivent à Groener[8]: "Nous attirerons constamment l'attention sur le fait que ceux qui affaiblissent la force de résistance de nos troupes par la réduction arbitraire des livraisons de moyens de défense, ceux-là pêchent contre notre pays." Groener fait placarder la lettre de Hindenburg en complétant l'attaque[9]: "Une canaille, celui qui fait grève tant que nos armées se trouvent face à l'ennemi." L'organe du SPD, le Vorwärts, publie une déclaration de la Commission générale des syndicats d'Allemagne (Generalkommission der Gewerkschaften Deutschlands, structure organisationnelle qui fédère les syndicats au niveau national) et du comité exécutif du SPD, concernant le 1er mai. On y lit[10]: "C'est pourquoi les travailleurs allemands, cette année encore comme les deux précédentes, renonceront à la cessation du travail le 1er mai [...]." Cette façon d'agir en chien fidèle de la bourgeoise, qui aboie à l'unisson avec le maitre, ne constitue qu'une manifestation parmi d'autres de la position contrerévolutionnaire adoptée par le SPD. Nous verrons plus loin comment celui-ci ne se contente nullement de faire du bruit, mais s'empresse de mordre ‑ au service de la contrerévolution.

Dès avant la Révolution de Novembre 1918, le SPD s'efforce avec beaucoup d'esprit de suite d'assumer ce rôle réactionnaire. Le 28 janvier 1918, dans Grand-Berlin 400 000 travailleurs cessent le travail. [Chronologie ] Le même jour 414 délégués élus par les grévistes se réunissent en tant que Conseil d'Ouvriers pour formuler leurs revendications. Il faut souligner qu'à ce stade, de par la fonction que le Conseil assume, il agit en lieu et place des syndicats, et non pas de l'Assemblée nationale; il ne se conçoit pas comme organe susceptible de participer au pouvoir d'État. Le programme revendicatif établi s'inspire manifestement de celui qui avait été présenté à Leipzig au cours des grèves d'avril 1917. Le Conseil d'Ouvriers à son tour procède à l'élection d'un Comité d'Action [Aktionsausschuß] de 11 personnes, présidé par R. Müller; l'assemblée invite l'USPD à déléguer à ce comité 3 de ses membres (sont choisis W. Dittmann, H. Haase, G. Ledebour) puis, malgré les protestations d'une partie de l'assistance, la même proposition est adressée au SPD. Celui-ci accepte et désigne Otto Braun, F. Ebert et Ph. Scheidemann.

Le 29 janvier, le mouvement s'étend; au total, il y a plus d'un million de grévistes, notamment à Braunschweig, Halle, Hambourg, Kiel, Leipzig, Magdeburg, Munich. Le SPD pousse à la capitulation. Le 1er février, une réunion centrale de représentants des directions syndicales, qui craignent la détérioration de leurs rapports avec les capitalistes, soulignent leur désengagement par une résolution qui constate[11]: "Les syndicats se tiennent à l'écart de ces grèves, leurs directions n'y participent d'aucune manière." Le comité de grève décide d'arrêter le mouvement le 3 février au soir. Les Spartakistes, qui se prononcent pour sa continuation, ne sont pas suivis.

Le SPD explique lui-même la finalité de son attitude[12]: "Par l'entrée dans la direction de grève, de députés social-démocrates des deux groupes, la pleine garantie était apportée pour maintenir le mouvement sur des voies régulières et pour l'amener rapidement à un terme sans préjudice pour la collectivité." Fin 1924 se tiendra à Magdeburg (Saxe-Anhalt) un procès intenté par F. Ebert au rédacteur d'un journal qui l'avait accusé de haute trahison en rapport notamment avec son attitude durant la grève de janvier 1918. Voici deux extraits des déclarations faites à ce procès[13]: Ph. Scheidemann: "Si nous n'étions pas entrés au comité de grève, alors vraisemblablement le tribunal ne pourrait pas siéger aujourd'hui, et alors selon ma conviction bien arrêtée, la guerre et tout le reste aurait été foutu déjà en janvier. [...] Par notre façon d'agir la grève a été terminée rapidement et tout a été orienté vers un cours régulier. À vrai dire, on devrait nous être reconnaissant, au lieu de nous insulter." Ebert: " Je suis entré à la direction de grève avec l'intention déterminée de mener la grève le plus rapidement à un terme et d'éviter des dommages pour le pays."

Coalition gouvernementale: le premier pas

Porté aux premières loges du régime par la guerre, le général-major E. Ludendorff tire lui-même les conséquences quant à l'approche de la défaite définitive de l'Allemagne. Le 28 septembre 1918, en vue de la conclusion d'une trêve et de la négociation d'un traité de paix, il informe le Chancelier Georg Graf von Hertling qu´"un remaniement du gouvernement ou son élargissement sur une base plus étendue" est devenu nécessaire. Il fait savoir officiellement que la guerre est perdue et que l'Assemblée nationale doit prendre en main le pouvoir. Or les partis qui y représentent la majorité ne disposent d'aucune personnalité susceptible de prendre la tête du gouvernement. C'est le prince Max von Baden qui, le 3 octobre, devient le Chancelier du nouveau “gouvernement du peuple” [“Volksregierung”]. Celui-ci s'appuie sur le Parti allemand du Centre (Deutsche Zentrumspartei, ou simplement Zentrum), le Parti populaire progressiste et le SPD. Ce dernier est représenté par le secrétaire d'État au travail Gustav Bauer et le secrétaire d'État sans portefeuille Ph. Scheidemann.

Le 26 octobre, le général-major E. Ludendorff remet sa démission à l'Empereur; il est remplacé en tant que premier quartier-maitre général par le lieutenant-général W. Groener. Le même jour, la constitution est révisée par l'Assemblée nationale dans le but de faire évoluer le système vers une monarchie parlementaire; les nouvelles dispositions entrent en vigueur le 28 octobre. Le SPD est pleinement conscient de l'appui précieux à la propagande contrerévolutionnaire qu'elle peut apporter comme nul autre, du fait de sa position vis-à-vis des masses de travailleurs. Il s'emploie activement à jouer son rôle en ce sens. Voici par exemple un extrait d'un Appel du comité exécutif [Vorstand] du SPD, du 17 octobre[14]:

En outre, toutes les menées au moyen d'une phraséologie révolutionnaire bolchévique de la part de personnes irresponsables en désarroi, qui tentent d'ameuter les travailleurs en vue de grèves et manifestations, actuellement vaines, contre le gouvernement ‑ ces menées rendent plus difficile la paix et la démocratisation de l'Allemagne et, fût-ce peut-être non intentionnel, font le jeu des fauteurs de guerre et ennemis de la démocratie, panallemands. [...] Le renouveau interne de l'Allemagne ne peut pas s'effectuer en amenant un chaos bolchévique, en déchainant la guerre civile qui en plus du flot de sang qui coule aux fronts, en plus du malheur tombé sur le peuple allemand, amènerait malheurs supplémentaires et flots de sang supplémentaires, qui ne ferait qu'augmenter détresse et misère, et qui exciterait la soif de conquête de nos ennemis. Non, comme l'ont toujours déclaré les représentants autorisés du Parti social-démocrate, c'est par la voie du bouleversement pacifique que nous voulons effectuer la transition du système politique vers la démocratie et celle de la vie économique vers le socialisme.

À partir de la fin d'octobre, la lutte de classe s'exacerbe. K. Liebknecht (qui avait été condamné en aout 1916 à 4 ans 1 mois de prison et vient d'être libéré de façon anticipée) assiste aux réunions des Hommes de confiance révolutionnaires; il est élu membre de leur Comité exécutif avec deux autres Spartakistes: Wilhelm Pieck, rentré de Pays-Bas le 27 octobre, et E. Meyer. Ils sont seuls à préconiser une action immédiate. Les autres représentants hésitent; quoi qu'il en soit, les évènements se précipitent malgré eux. À Kiel une révolte des marins éclate. Le 4 novembre, un Conseil d'Ouvriers et de Soldats est formé, qui détient de fait tout le pouvoir civil et militaire dans la ville.

Dans un appel "Au peuple allemand!" publié le 4 novembre[15], le gouvernement rappelle les principes qui guident sa politique: "la transformation de l'Allemagne en un État populaire, qui ne doit le céder en rien à aucun État du monde, en matière de liberté politique et assistance sociale". [Citation dans l'original .] La direction du SPD de son côté, dans un appel adressé le même jour aux "Ouvriers! Camarades du parti!"[16], souligne que le parti "a détaché un certain nombre de camarades au gouvernement, afin que celui-ci conclue au plus vite une paix et rétablisse à l'intérieur toutes les libertés civiques que la classe ouvrière nécessite pour son développement ultérieur". Tout en étant favorable au "développement" de la classe ouvrière, il ne l'est cependant pas à son action. Puisque "le camarade Scheidemann, en accord avec le parti, a recommandé au Chancelier de conseiller à l'Empereur d'abdiquer" et que "cette question est actuellement encore sujette à des négociations importantes", il appelle les ouvriers à l'inaction:

Nous vous appelons à ne pas contrarier ces négociations par une immixtion irréfléchie. Nous sommes placés devant les décisions les plus difficiles, chaque jour nous pouvons être mis dans la situation de devoir vous appeler à ce que vous mettiez votre parole dans la balance de la décision. Cependant, maintenant il s'agit de garder le sang-froid et la discipline, et de ne se laisser prendre au piège par aucune sorte de slogan semant le trouble.

Le 7 novembre, F. Ebert rencontre M. v. Baden dans les bureaux du chancelier et selon le récit de ce dernier, Ebert déclare[17]: "Si l'Empereur n'abdique pas, alors la révolution sociale est inévitable. Or je ne la veux pas, même, je la hais comme le péché."

Le mouvement révolutionnaire s'étend à d'autres villes, et des Conseils d'Ouvriers et de Soldats sont formés entre autre à Brême, Hambourg (le 6 novembre); à Braunschweig, Frankfurt-sur-le-Main, Hanovre, Munich (le 7); à Augsbourg, Chemnitz, Dresde, Düsseldorf, Essen, Halle-sur-le-Saale, Leipzig, Magdebourg, Mannheim, Nürnberg, (le 8); à Brandenbourg (le 9). [Chronologie ] Le 7 novembre, presque toute la flotte allemande se trouve entre les mains des révoltés. Le même jour, un Conseil d'Ouvriers, de Soldats et de Paysans provisoire est formé à Munich. Le roi de Bavière prend la fuite, et dans la nuit du 7 au 8, la "République démocratique et sociale de Bavière" est proclamée par le Conseil provisoire qui se constitue en Diète.

République socialiste ou République social-démocrate?

Le 9 novembre 1918, à Berlin, une grève générale est entamée. Le Chancelier M. v. Baden annonce l'abdication de Guillaume II et du Prince héritier. L'Empereur partira en exil le lendemain, mais il n'abdiquera définitivement que le 28, en renonçant à la fois aux droits concernant la couronne impériale allemande et à ceux relatifs à la couronne de Prusse. V. Baden remet la fonction de Chancelier entre les mains de F. Ebert qui assume désormais la responsabilité des affaires courantes. Un gouvernement de six membres (trois du SPD: Ebert, Otto Landsberg, Ph. Scheidemann, et trois de l'USPD: E. Barth, W. Dittmann, H. Haase) censé détenir le pouvoir exécutif est constitué.

Dans un discours que K. Liebknecht tient du balcon du Château royal, il proclame la "République socialiste libre d'Allemagne" et poursuit[18]:

Nous devons mobiliser toutes nos énergies pour édifier le gouvernement des travailleurs et des soldats et pour créer un nouvel ordre politique du prolétariat, un ordre de la paix, du bonheur et de la liberté de nos frères allemands et de nos frères dans le monde entier. Nous leur tendons les mains et les appelons à l'achèvement de la révolution mondiale.

À ce stade des évènements, le Conseil d'Ouvriers et de Soldats provisoire de Berlin se place, lui aussi, dans une perspective à tendance révolutionnaire. Il déclare[19]: "Depuis le 9 novembre, le peuple allemand tient le pouvoir dans ses mains. Depuis le 9 novembre l'Allemagne est une république, à savoir une république socialiste des travailleurs et des soldats." Ph. Scheidemann de son côté, quelques heures avant le discours de K. Liebknecht, avait lancé un vivat à la "république allemande"[20]. Il omet soigneusement le qualificatif de socialiste; de manière plus exhaustive F. Ebert synthétisera, le 10 décembre, la vision social-démocrate mélangeant nationalisme et tradition lassalienne, en portant des vivats à "notre patrie allemande, la liberté allemande, l'État populaire libre d'Allemagne"[21]. [Citation dans l'original .] Bref, le SPD s'efforce à empêcher la population à écouter un quelconque son de cloche révolutionnaire. Ainsi, par la voix de Scheidemann qui dans le discours déjà cité déclare qu'il faut arrêter net la lutte, étant donné que d'ores et déjà "le peuple allemand a vaincu sur toute la ligne". La tâche de l'heure est de "ne pas laisser salir cette victoire brillante, cette victoire intégrale du peuple allemand", et donc de faire en sorte "qu'aucune perturbation de la sécurité ne se produise".

Dès le 9 novembre, le SPD, à tous les niveaux, fait chorus en multipliant les appels pressants en ce sens. F. Ebert, se considérant désormais comme Chancelier, s'adresse aux "concitoyens" par un appel[22] affirmant que "le nouveau gouvernement sera un gouvernement populaire" et qui se termine comme suit: "Concitoyens! Je vous prie tous instamment: Quittez les rues! Veillez au maintien du calme et de l'ordre!" Les représentants du SPD au gouvernement interviennent eux aussi[23]: "Les vies humaines sont sacrées. La propriété doit être protégée contre des empiètements arbitraires. Celui qui déshonore ce mouvement magnifique par des méfaits odieux, est un ennemi du peuple et doit être traité comme tel."

Le groupe Spartakus publie un "Appel aux Ouvriers et Soldats" le 8 novembre[24], et un autre, semblable, le 10[25]; on y lit notamment:

[...] Dans l'accomplissement d'un programme socialiste-révolutionnaire vous devez aller jusqu'au bout. Ce n'est pas avec l'abdication de quelques Hohenzollern que c'est chose faite. Encore moins c'est chose faite avec l'arrivée au sommet de quelques socialistes gouvernementaux de plus. Ils ont soutenu la bourgeoisie pendant quatre ans, ils ne peuvent que continuer de le faire. [...] Veillez à ce que le pouvoir que vous avez conquis maintenant, ne vous échappe pas de vos mains et à ce que vous l'utilisez en vue de votre objectif. Car votre objectif est l'obtention immédiate d'une paix prolétarien-socialiste qui soit dirigée contre l'impérialisme de tous les pays, ainsi que la transformation de la société en une société socialiste. [...] Aucun “Scheidemann” ne doit plus siéger au gouvernement; aucun socialiste ne doit entrer au gouvernement, tant qu'en son sein siège encore un socialiste gouvernemental. Il n'y a pas de communauté avec ceux qui vous ont trahi pendant quatre ans.

À bas le capitalisme et ses agents!

Vive la révolution!

Vive l'Internationale!

Le 10 novembre a lieu à Berlin la première réunion de délégués élus par les ouvriers et les soldats, et qui se constituent en “Conseil d'Ouvriers et de Soldats” ayant maintenant un caractère non plus provisoire, mais formellement institutionnalisé. [Chronologie ] Ce Conseil élit un “Comité d'Action” [“Aktionsausschuß”] composé de 6 représentants du SPD et 6 de l'USPD pour le Conseil d'ouvriers ainsi que de 12 personnes pour le Conseil de Soldats (le comité se trouve en fait élargi à 14 plus 14 membres respectivement pour les ouvriers et les soldats). Finalement cet organe est désigné comme “Conseil exécutif” [“Vollzugsrat”] du Conseil d'Ouvriers et de Soldats de Grand-Berlin. L'assemblée confirme le cabinet (composé d'E. Barth, W. Dittmann, F Ebert, H. Haase, O. Landsberg, Ph. Scheidemann) qui à l'issue de la réunion se constitue en “Conseil des mandatés du peuple” [“Rat der Volksbeauftragten”]. Au sein de ce Conseil, la répartition des portefeuilles attribue notamment les Affaires intérieures et militaires à Ebert, les Finances d'abord à Scheidemann qui les cède finalement, le 20 novembre, à Landsberg.

Le lendemain 11 novembre, est conclu l'Armistice.

Collaboration de classe: on y met les formes

Le 12 novembre 1918, le Conseil des mandatés du peuple s'adresse "Au peuple allemand"[26]: "Le gouvernement issu de la révolution, dont la direction politique est purement socialiste, se fixe la tâche de réaliser le programme socialiste." De fait, dans cet appel, le Conseil énonce surtout, comme tout gouvernement bourgeois qui se respecte, un certain nombre de belles promesses dont l'exécution se heurtera forcément à la réalité, inchangée quant au fond:

Au plus tard le 1er janvier 1919 la journée de travail de huit heures au maximum entrera en vigueur. Le gouvernement fera tout afin de pourvoir à des opportunités d'emploi suffisantes. Un décret au sujet de l'assistance aux personnes sans revenus est prêt. Il répartit les charges entre Reich, État et Commune. Dans le domaine de l'assurance-maladie l'obligation d'assurance sera étendue au-delà de la limite actuelle de 2500 Mark. La pénurie de logements sera combattue par la mise à disposition de logements. On oeuvrera en faveur d'un ravitaillement alimentaire régulier du peuple.

Et le texte formule à nouveau le rappel à l'ordre, inlassablement répété dans les prises de position des dirigeants du SPD: "Le gouvernement maintiendra l'ordre quant à la production, protègera la propriété contre les atteintes de la part de personnes privées, ainsi que la liberté et la sécurité de la personne."

La mise en place des rouages officiels de la collaboration ne peut bien entendu pas se limiter à l'attribution de quelques chaises gouvernementales. Dès octobre, des négociations avaient débutées entre des représentants, des employeurs d'une part, des syndicats de l'autre. [Chronologie  ] Le 11 novembre un accord est réalisé au sujet de la revendication de la durée journalière de travail de huit heures. Les employeurs l'acceptent dans la mesure où son application est conditionnée par sa généralisation dans le cadre d'un accord international. Est prévue également la constitution d'une commission centrale composée sur une base paritaire et chargée de la mise en oeuvre des dispositions. Le 15 novembre l'accord est officiellement approuvé par les deux parties. Parmi les signataires figurent notamment: au nom des associations d'employeurs Ernst von Borsig (AEG), Alfred Hugenberg (Krupp), Walter Rathenau (AEG), Anton von Rieppel (MAN), Carl Friedrich von Siemens, Kurt Oskar Sorge (Krupp), Friedrich Springorum (Hoesch), Hugo Stinnes; pour les syndicats: Carl Legien (SPD). En outre F. Ebert et H. Haase signent au nom du Conseil des mandatés du peuple, en stipulant que les dispositions devront être appliquées à toutes les entreprises du Reich et des États fédéraux.

L'accord conclu prévoit la reconnaissance des syndicats en tant que représentants officiels des salariés, le droit de coalition sans restriction, la journée de travail de huit heures maximum, l'office de placement paritaire, des instances de réconciliation paritaires, la signature d'accords salariaux dans les différentes branches, l'abandon par les employeurs des syndicats mis en place sous leur propre tutelle. Un organe exécutif provisoire est formé sous la présidence d'E. v. Borsig et C. Legien. Il élabore des statuts sur la base desquels tous les syndicats adhèrent le 3 décembre; le 4, ces statuts sont adoptés par la Commission centrale en tant que statuts provisoires de la “Communauté centrale de travail des employeurs et employés industriels et commerciaux d'Allemagne” [“Zentralarbeitsgemeinschaft der industriellen und gewerblichen Arbeitgeber und Arbeitnehmer Deutschlands”] (appelé par la suite communément “Communauté centrale de travail” [“Zentralarbeitsgemeinschaft”] tout court. Ces statuts stipulent notamment[27]:

Imprégnées de la reconnaissance du fait que le relèvement de notre économie nationale exige le rassemblement de toutes les forces économiques et spirituelles et une collaboration harmonieuse de toutes les parties, et imprégnées de la responsabilité qui en découle, les organisations des employeurs de l'industrie et des petites et moyennes entreprises et celles des salariés s'associent en une communauté de travail.

La communauté de travail a pour but la solution, en commun, de toutes les questions économiques et sociales touchant à l'industrie et aux petites et moyennes entreprises ainsi que de toutes les affaires législatives et administratives les concernant.

Un décret, du 13 novembre, concerne l'assistance-chômage. Il est d'abord conçu pour répondre à la situation de chômage massif créée par la démobilisation. Par la suite le principe d'un soutien aux chômeurs financé par des fonds publics sera accepté, et le décret sera reconduit sous des formes plusieurs fois modifiées, jusqu'à ce qu'en 1927 sera créée l'assurance-chômage. Ce texte est étroitement lié à un autre décret, du 9 décembre, concernant l'office de placement et qui attribue à l'État la tâche de la règlementation du marché de travail. La fixation d'un horaire journalier de huit heures maximum pour les travailleurs salariés est, elle aussi, conçue en rapport étroit avec les problèmes d'emploi. Elle sera par la suite battue en brèche par une multitude d'exceptions. Un autre fait important réside dans la règlementation par voie juridique des accords salariaux collectifs, lesquels avaient vu jour à partir de la fin du 19e siècle.

La concrétisation de la collaboration de classe dans le domaine économique va de pair avec un processus de mise en forme des institutions selon les normes de l'appareil d'État bourgeois, afin d'éliminer toutes traces des évènements qui ont contribué à faire tomber la monarchie. L'objectif à atteindre est la disparition des Conseils comme expression autonome de la volonté politique de la classe ouvrière, c'est-à-dire d'une part la prise en charge ‑ sous une forme dénaturée ‑ de leurs velléités politiques par l'Assemblée nationale, d'autre part leur transformation en institution représentative confinée à l'intérieur de l'entreprise, dans le domaine économique. Dès le départ, les représentants du SPD au “gouvernement” avaient placé le statut de ce cabinet dans la perspective de la transmission du pouvoir qu'il détient provisoirement, à une future Assemblée constituante dont il organisera l'élection. Le 18 novembre, Ph. Scheidemann déclare dans un article paru dans le Vorwärts, organe du SPD[28]: "Pas de prospérité politique ni économique sans assemblée nationale: voilà ce qui doit être le mot d'ordre pour la direction du Reich."

Le 22 novembre est conclu un accord entre le Conseil des mandatés du peuple et le Conseil exécutif[29], selon lequel "le pouvoir politique se trouve dans les mains des conseils d'ouvriers et de soldats de la république socialiste allemande" et "jusqu'à ce qu'une assemblée de délégués des conseils d'ouvriers et de soldats ait élu un conseil exécutif de la république allemande, le conseil exécutif de Berlin exerce les fonctions des conseils d'ouvriers et de soldats de la république allemande en accord avec les conseils d'ouvriers et de soldats de Grand-Berlin".

Le 29 novembre, le Conseil des mandatés du peuple décide la tenue d'élections à l'Assemblée nationale et adopte une loi électorale. Cependant, une minorité de l'USPD ainsi que les Hommes de confiance révolutionnaires, sont opposés à la convocation d'une Assemblée nationale et favorable à la prise en main du pouvoir politique par les Conseils d'Ouvriers et de Soldats.

À ce sujet, lors d'une assemblée extraordinaire de la section de l'USPD de Grand-Berlin tenue le 15 décembre, deux résolutions sont confrontées: l'une soumise par R. Luxemburg, et l'autre par R. Hilferding. [Chronologie ] Cette dernière est adoptée par 485 voix, contre 195 pour la résolution Luxemburg.

Resolution Luxemburg:

L'assemblée extraordinaire de l'organisation [...] exige:

[...]

2. l'assemblée refuse la convocation de l'assemblée nationale, qui ne peut que conduire à renforcer la contrerévolution et à escroquer la révolution en ce qui concerne ses objectifs socialistes.

3. l'appropriation immédiate du pouvoir politique complet par les conseils d'ouvriers et de soldats, désarmement de la contrerévolution, armement de la population travailleuse, formation d'une garde rouge pour la protection de la révolution, dissolution du conseil Ebert des mandatés du peuple, attribution du pouvoir d'état suprême au conseil exécutif des conseils d'ouvriers et de soldats.

Resolution Hilferding:

L'assemblée générale de l'organisation déclare:

La tâche politique la plus importante de l'USP est actuellement l'organisation des élections à l'assemblée nationale. [...] Elle appelle ses représentants dans le gouvernement à travailler avec la plus extrême fermeté et sans concessions qui seraient signe de faiblesse, pour la sauvegarde et l'élargissement des conquêtes révolutionnaires.

Du 16 au 21 décembre se réunit à Berlin le Congrès national des Conseils d'Ouvriers et de Soldats d'Allemagne. [Chronologie ] Sur les 489 délégués, 289 sont membres du SPD, 90 de l'USPD, et 10 appartiennent à la Ligue Spartakus (ainsi se nomme maintenant le Groupe Spartakus). Les 100 restants sont soit sans-parti ou suivent le Parti démocratique allemand (Deutsche Demokratische Partei, DDP); celui-ci a été fondé le 20 novembre sur la base de l'ex-Parti populaire progressiste auquel s'était jointe l'aile gauche du Parti national-libéral. L'opposition au SPD est conduite par les représentants des Hommes de confiance révolutionnaires: E. Däumig, G. Ledebour, R. Müller. La proposition, soumise au début du Congrès, d'admettre K. Liebknecht et R. Luxemburg (qui n'avaient pas reçu de mandat) comme observateurs avec voix consultative, est repoussée.

Le Congrès adopte une résolution (proposée par les représentants du SPD) qui jusqu'à la formation d'une Assemblée nationale confère au Conseil des mandatés du peuple le pouvoir législatif et exécutif, et à un Conseil central le contrôle de celui-ci. La résolution stipule notamment[30]:

1. Le congrès du Reich des conseils d'ouvriers et de soldats d'Allemagne, qui représente l'ensemble du pouvoir politique, transfère, en attendant la règlementation déterminée par ailleurs par l'assemblée nationale, le pouvoir législatif et exécutif au conseil des mandatés du peuple.

2. En outre le congrès désigne un conseil central des conseils d'ouvriers et de soldats, qui exerce la surveillance parlementaire des cabinets allemand et prussien. Il a le droit à la surveillance des mandatés du peuple du Reich et ‑ jusqu'à la règlementation définitive du système politique ‑ aussi des mandatés du peuple de Prusse.

Le Congrès fixe au 19 janvier 1919 l'élection de l'Assemblée constituante. Il élit le Conseil central; les 27 membres de ce dernier appartiennent tous au SPD, du fait que l'USPD refuse de participer à l'élection.

Le Congrès adopte également une résolution au sujet du pouvoir de commandement concernant les forces armées[31]. Selon ce texte "ce sont les mandatés du peuple qui exercent le pouvoir de commandement sur l'armée et la marine et les forces de protection[32], sous contrôle du conseil exécutif". Il souligne en outre que "l'abolition de l'armée permanente et l'édification d'une garde populaire doivent être accélérées". Cette résolution est adoptée contre la volonté de F. Ebert, qui s'efforce d'en faire des simples "lignes directrices". Lorsque le maréchal P. v. Hindenburg prend connaissance de ces dispositions, il réagit immédiatement par un refus ouvert et envoie le lieutenant-général W. Groener à Berlin pour empêcher leur application.

Le 29 décembre, les trois Députés du Peuple appartenant à l'USPD démissionnent, pour ne plus cautionner la politique du SPD, compromis de plus en plus ouvertement avec les officiers réactionnaires. W. Dittmann, H. Haase et E. Barth sont aussitôt remplacés par trois membres du SPD, Paul Löbe, Gustav Noske (Direction du ressort Militaire et Marine) et Rudolf Wissel (politique économique et sociale); Löbe se récusera et le Conseil des mandatés du peuple ne comprendra désormais plus que 5 membres. D'autres, à l'USPD, continuent à exercer des fonctions gouvernementales, parmi eux E. Bernstein et K. Kautsky. Le nouveau Conseil des mandatés du peuple est confirmé à l'unanimité par le Conseil central.

Alliance SPD - Armée: elle sera faite pour durer

Parallèlement à la stabilisation des institutions dans le sens voulu par la bourgeoisie, le SPD s'emploie également à jeter les bases de ce qui fera, au-delà des tromperies démocratiques, la force réelle de l'appareil d'État: la collaboration entre le gouvernement et l'armée. Elle est établie par une concertation étroite entre F. Ebert, Chancelier, et le lieutenant-général W. Groener, chef du Commandement suprême de l'Armée. Le principe en est formellement établi le 10 novembre 1918. "Nous [Ebert et moi-même] nous sommes alliés en vue de la lutte contre la révolution, en vue de la lutte contre le bolchévisme", dira Groener en 1925 devant une commission d'enquête[33], et il relate qu'il s'était concerté avec le maréchal Hindenburg en ce sens: "Je lui ai proposé: Je considère comme nécessaire que le commandement suprême de l'armée s'allie avec la social-démocratie majoritaire. Il n'y a pas actuellement à mon avis personnel un parti qui ait une influence suffisante parmi le peuple, en particulier les masses, pour pouvoir rétablir le pouvoir de gouvernement avec le commandement suprême de l'armée." En ce qui concerne sa version des évènements, on est en droit de penser qu'il en rajoute, de façon à présenter ‑ à sa manière ‑ cette entente sous un jour favorable. Quoi qu'il en soit, son récit est tout à fait révélateur de l'esprit qui commande les rapports entre le gouvernement et l'armée.

Le processus de “normalisation” conduit par le SPD se heurte à l'impatience de certains éléments qui, le 6 décembre, tentent de l'accélérer en arrêtant le Conseil exécutif et en proclament F. Ebert président; mais il ne s'agit là que d'un épisode qui reste sans effet. [Chronologie ] Cependant, le SPD, en commun avec l'armée, envisage lui aussi la possibilité de procéder de manière plus radicale. Dans ses dépositions faites en 1925 W. Groener rapportera l'hypothèse d'un coup de force envisagé à l'occasion de l'entrée des troupes revenant du front à Berlin, le 10 décembre[34]:

D'abord il s'agissait - et c'était là ma pensée quant à l'objectif immédiat - d'arracher, à Berlin, le pouvoir aux Conseils d'Ouvriers et de Soldats. Dans ce but fut projetée une opération, à savoir l'entrée militaire de dix divisions à Berlin. Le Mandaté du Peuple Ebert l'approuvait tout à fait. [...]

Pour cette entrée, qui en même temps devait offrir l'occasion d'instaurer à nouveau un gouvernement solide à Berlin [...], nous avons élaboré un programme militaire pour les jours concernés. Dans ce programme figurait jour par jour ce qui devait se passer: le désarmement de Berlin, le nettoyage de Berlin des Spartakistes etc. [...] Ceci avait aussi été abordé par l'officier que j'avais envoyé à Berlin, dans ses discussions avec Monsieur Ebert. J'en suis particulièrement reconnaissant à Monsieur Ebert et aussi l'ai-je défendu, partout où il a été attaqué, pour son amour absolu pour la patrie et son dévouement total pour la cause. Ce programme était arrêté tout à fait avec l'accord et le consentement de Monsieur Ebert. [...]

[...] Quoi qu'il en soit le plan que j'avais projeté et avec lequel Monsieur Ebert était d'accord, n'a pas été réalisé.

[Citation dans l'original .]

Bien que l'entrée de troupes démobilisées à Berlin s'effectue finalement de manière plus paisible que prévue par W. Groener, F. Ebert en profite néanmoins pour réaffirmer la pérennité de la position chauvine de la social-démocratie[35]. Dans son allocution il exprime "notre gratitude ineffaçable" à toutes les victimes de la guerre, "qui se sont sacrifiés pour la protection de la patrie", de même que les soldats auxquels il s'adresse, qui ont "protégé la patrie de l'incursion ennemie". [Citation dans l'original .] [Chronologie ] Cependant, plus que le patriotisme dans la guerre, qui appartient au passé, compte maintenant la fidélité au pouvoir que représente la social-démocratie. C'est dans cette perspective que, le 12 décembre, est adoptée la loi stipulant la formation d'une “Armée populaire de volontaires” [“freiwillige Volkswehr”]. Celle-ci aura pour tâche "le maintien de l'ordre et de la sécurité publics" et sera "placée exclusivement sous les ordres du conseil des mandatés du peuple". [Chronologie ]

Création du Parti communiste

Le 7 octobre 1918, les Spartakistes tiennent une conférence nationale. Celle-ci lance ce mot d'ordre: constituer partout des conseils d'ouvriers et de soldats. Elle fixe comme objectif au mouvement révolutionnaire la constitution d'une République socialiste allemande. Le 11 novembre a lieu une réunion des Spartakistes au cours de laquelle le Groupe Internationale change sa dénomination en “Ligue Spartakus” (“Spartakusbund”)[36]. La conférence élit un organe dénommé “Centrale” [“Zentrale”] composée de 13 membres: Willi Budich, Hermann Duncker, Käte Duncker, Hugo Eberlein, Leo Jogiches, Paul Lange, Paul Levi, K. Liebknecht, R. Luxemburg, F. Mehring, E. Meyer, W. Pieck, August Thalheimer[37]. Le 14 décembre, le Rote Fahne publie sous le titre "Que veut la Ligue Spartakus" ["Was will der Spartakusbund"] le programme des Spartakistes qu'a élaboré R. Luxemburg: il reprend et précise la plateforme d'octobre. [Documents ] (La première édition du quotidien Rote Fahne, organe du groupe Spartakus, avait paru le 9 novembre.)

La Ligue Spartakus, pour le moment, maintient la position de rester au sein de l'USPD. Lors de l'assemblée extraordinaire de la section de l'USPD de Grand-Berlin tenue le 15 décembre, la résolution soumise par R. Luxemburg (cf. plus haut) comporte encore un point "l'assemblée générale de section demande la convocation immédiate du congrès de l'USPD". Cependant la réunion du 11 novembre décide la convocation d'une conférence nationale, laquelle se tiendra du 30 décembre 1918 au 1er janvier 1919[38]. À l'occasion de cette conférence se réunissent à Berlin 83 délégués de la Ligue Spartakus, auxquels se joignent 29 représentants du regroupement dénommé Communistes internationales d'Allemagne (Internationale Kommunisten Deutschlands, IKD) ainsi qu'un certain nombre d'autres participants.

L'IKD est une organisation qui rassemble quelques groupes existant localement, opposés au SPD mais n'ayant pas suivi le cheminement de l'USPD, désignés au départ comme “Gauche radicale” (“Linksradikale”)[39]. Le groupe autour de Johannes Knief et Paul Frölich[40] à Brême ainsi que celui autour de Julian Borchardt à Berlin avaient adopté à la fin de 1915 l'étiquette commune Socialistes internationaux d'Allemagne (“Internationale Sozialisten Deutschlands”, ISD). À cela s'ajoutent le groupe de Hambourg avec Heinrich Laufenberg et Fritz Wolffheim, celui d'O. Rühle à Dresde et quelques autres ailleurs. Le 23 novembre 1918 le groupe de Brême décide de changer la dénomination en "Internationale Kommunisten Deutschlands", et les autres groupes adoptent également ce nom à la même époque. L'IKD organise une conférence nationale à Berlin, du 15 au 17 décembre. Il est décidé de rompre avec Borchardt. Les participants affirment au sujet de leur regroupement "que dans cette organisation se trouveront rassemblés tous les éléments communistes, qu'ils se soient appelés jusqu'ici Spartakus, Gauche radicale ou encore autrement"[41]. [Citation dans l'original .] En ce qui concerne Knief, il ne participe pas à la fondation du KPD parce que le mandat établi par l'IKD engage les délégués à voter contre la participation des communistes aux élections à l'Assemblée nationale.

Sont présents en outre à la conférence nationale de la Ligue Spartakus, quatre représentants de la RSFS de Russie, dont Karl Radek. Celui-ci était arrivé illégalement en Allemagne le 24 décembre 1918; le représentant soviétique à Berlin, Adolf Joffe, avait été expulsé le 5 novembre[42]. Radek sera emprisonné le 12 février 1919 et extradé d'Allemagne le 18 janvier 1920.

La veille de la conférence, le 29 décembre, s'était ténue une réunion limitée à la Ligue Spartakus uniquement, au cours de laquelle avait été décidé, contre 3 voix, la séparation d'avec l'USPD et la création d'un nouveau parti. La conférence nationale, le 30 décembre, adopte ‑ contre une voix ‑ une résolution stipulant notamment[43]: "L'USP s'est privé du droit d'être reconnu comme parti de la lutte de classe socialiste. [...] En rompant ses relations organisationnelles avec l'USP la Ligue Spartakus se constitue comme parti politique autonome." [Citation dans l'original .] L'IKD proclame sa propre dissolution et la fusion avec la Ligue Spartakus au sein du “Kommunistische Partei Deutschlands (Spartakusbund)”, c'est-à-dire “Parti communiste d'Allemagne (Ligue Spartakus)”, ou KPD(S).

Par ailleurs, en novembre des divergences avaient surgi entre les Hommes de confiances révolutionnaires et la direction de l'USPD, au sujet de l'entrée des représentants du parti au Conseil des mandatés du peuple[44]. Il en résulte que ces militants se rallient à la demande de la Ligue Spartakus de convoquer un congrès de l'USPD. Quand la Ligue Spartakus décide de fonder le KPD, les Hommes de confiance révolutionnaires tiennent, le 31 décembre, une conférence au cours de laquelle est discutée la question d'une séparation d'avec l'USPD et de la constitution d'un parti propre. Ils décident de rester à l'USPD. Cependant, en parallèle, les 31 décembre et 1er janvier, une commission des Hommes de confiance négocie avec des représentants du KPD au sujet de leur intégration éventuelle au nouveau parti. Mais les exigences qu'ils formulent sont rejetées par le KPD.

O. Rühle soumet à la conférence de la Ligue Spartakus une résolution stipulant[45]:

La conférence nationale de la Ligue Spartakus refuse résolument la participation aux élections à l'assemblée nationale, il engage ses partisans dans le Reich à s'abstenir aux élections et les appelle à empêcher par tous les moyens que se réalise la formation de ce parlement ainsi que son activité contrerévolutionnaire.

[Citation dans l'original .]

Elle est adoptée par 62 voix contre 23. K. Liebknecht et R. Luxemburg ne partagent pas cette position.

En matière de programme, le Congrès décide de prendre à son compte le texte élaboré par R. Luxemburg publié le 14 décembre, tout en chargeant une commission de travailler en vue des précisions nécessaires. [Documents ] Le texte publié comme partie intégrante du protocole du Congrès précise notamment:

La Ligue Spartakus n'assumera jamais le pouvoir gouvernemental autrement que par la volonté claire, dépourvue d'ambigüité, de la grande majorité des masses prolétariennes en Allemagne, jamais autrement qu'en vertu de leur approbation consciente des positions, objectifs et méthodes de lutte de la Ligue Spartakus.

[Citation dans l'original .]

Le congrès élit une direction désigné par le terme Centrale (Zentrale). Elle est composée comme suit: H. Duncker, K. Duncker, H. Eberlein, P. Frölich, L. Jogiches, P. Lange, P. Levi, K. Liebknecht, R. Luxemburg, E. Meyer, W. Pieck, A. Thalheimer[46]. Parmi les autres membres du KPD présents au congrès de fondation on peut citer: Friedrich Heckert, Max Levien, Eugen Leviné, O. Rühle, Jacob Walcher, Rosi Wolfstein. Quant à C. Zetkin, elle considère comme problématique un acte de rupture conduisant à la constitution d'une organisation d'influence réduite[47]. Elle se décidera finalement à adhérer au KPD en mai 1919.

À peine constitué, le KPD est frappé par une répression sévère (cf. plus loin). Mais avant de reprendre le fil de ces évènements, nous donnons ici un résumé chronologique de l'évolution organisationnelle du Parti jusqu'en février 1921.

Le 2 mars 1919 une conférence internationale est ouverte à Moscou; elle siègera jusqu'au 19, avec une participation de 52 délégués de 35 organisations dont 34 délégués avec droit de vote[48]. Deux membres du KPD(S) sont désignés pour y assister: H. Eberlein et E. Leviné. Seul Eberlein participe effectivement, Leviné n'ayant pas pu franchir la frontière allemande. Le 4, la conférence se constitue en tant que Conférence fondatrice de l'“Internationale communiste”. Eberlein avait été mandaté pour voter contre la fondation de l'Internationale dans la mesure où elle était considérée comme prématurée. Cependant, au moment du vote, il ne prend pas explicitement position.

Le 29 mars 1919 se tient une conférence nationale du KPD à Frankfort sur le Main, puis une autre les 14 et 15 juin 1919 à Berlin[49]. Cette dernière adopte des statuts et établit 22 directions de district. Ensuite, une conférence nationale se tient les 16 et 17 aout également à Frankfort sur le Main, mais à l'issue des débats les délégués considèrent que la persistance de divergences ne permet pas d'adopter des résolutions. Il est décidé de convoquer de nouveau une conférence dans un délai de 8 semaines.

Ainsi, du 20 au 24 octobre 1919 se tient dans les environs de Heidelberg, de façon illégale, une conférence qui sera considéré comme 2e Congrès du KPD; y participent 43 délégués des districts, 6 membre de la Centrale, un représentant de l'Internationale communiste ainsi que 50 autres membres du Parti[50]. Le congrès adopte des "Lignes directrices sur les principes et la tactique communistes" [Documents ] ainsi que des "Lignes directrices sur le parlementarisme"[51] [citation dans l'original ] qui stipulent que le Parti doit se servir du Parlement comme tribune de propagande, et donc participer aux élections à cette institution. Il discute des "Lignes directrices sur la question syndicale"[52] [citation dans l'original ], soumises par P. Levi, qui rejettent la position syndicaliste visant à la constitution d'une organisation unique de caractère à la fois politique et syndical, et posent la nécessité pour tout membre du Parti de militer dans les syndicats réformistes. Ces thèses sont adoptées par 31 voix contre 18, et la minorité est exclue de la participation aux travaux du congrès. Parmi les minoritaires, on peut mentionner O. Rühle[53]. Les statuts adoptés par la conférence nationale de juin sont confirmés, avec quelques modifications. Le congrès élit une Centrale, composée de Heinrich Brandler, H. Eberlein, Levi, E. Meyer, W. Pieck, A. Thalheimer, C. Zetkin comme membres ainsi que Ernst Reuter (pseudonym Friesland), P. Frölich, Max Hammer, F. Heckert, Joseph Köring, P. Lange, J. Walcher comme suppléants (candidats)[54].

En octobre 1919 le Hollandais Sebald J. Rutgers est chargé par l'Internationale communiste de former un centre régional à Amsterdam[55]. Ce bureau démarrera ses activités au début de 1920 sous la direction de David Wijnkoop comme président ainsi que Rutgers et Henriette Roland-Holst comme secrétaires. Il a en outre comme membres Hermann Gorter, Anton Pannekoek, Willem van Ravesteijn. En septembre 1919 également la direction du KPD crée un centre régional à Berlin. Il est dirigé par Jakob Reich ‑ connu sous le nom de Thomas ‑ et Mieczyslaw Bronski, en collaboration avec K. Radek, avec comme membres P. Levi, A. Thalheimer, Wilhelm Münzenberg, Eduard Fuchs, Sylvia Pankhurst[56].

Du 25 au 26 février 1920 à Karlsruhe se tient, de façon illégale, le 3e Congrès du KPD, auquel participent 76 délégués dont 43 avec voix délibérative[57]. Un appel au Parti voté à l'unanimité déclare les lignes directrices formulées par le congrès d'octobre 1919 ensemble avec le programme adopté au congrès de fondation, comme base fondamentale de l'orientation. Est décidée, contre 3 voix, l'exclusion des organisations de district de Grand-Berlin, Nord, Nord-Ouest, Niedersachsen et Dresde, au motif qu'elles ont adopté des résolutions en contradiction avec les lignes directrices. Les membres concernés se plaçant sur le terrain des lignes directrices sont invités à s'intégrer à des organisations locales nouvellement constituées. Le congrès élit une Centrale, composée de: H. Brandler, H. Eberlein, P. Frölich, E. Meyer, W. Pieck, A. Thalheimer, C. Zetkin, comme membres; E. Reuter, M. Hammer, F. Heckert, J. Köring, P Lange, Fritz Schnellbacher, J Walcher, comme candidats. P. Levi n'y figure pas, il a démissionné de sa fonction durant le congrès, sous l'effet des fortes critiques à son égard de la part des oppositionnels[58]. Cependant, après le congrès il sera réintégré dans la Centrale par cooptation.

Les 3 et 4 avril 1920 se tient le congrès de fondation du “Parti communiste ouvrier d'Allemagne” (“Kommunistische Arbeiterpartei Deutschlands”, KAPD), à l'initiative des anciens membres du KPD qui viennent d'être exclus, dont O. Rühle, H. Laufenberg et F. Wolffheim[59]. Ils réussissent à amener avec eux presque la moitié des membres du Parti, comprenant la majorité des membres de Berlin et de l'Allemagne du Nord. Une résolution en faveur d'une demande d'adhésion à l'Internationale communiste est adoptée à l'unanimité. Une autre résolution donne la consigne de l'adhésion des membres du parti à l'Union générale ouvrière d'Allemagne (Allgemeine Arbeiterunion Deutschlands, AAUD). Celle-ci avait été fondée en février par Rühle et d'autres.

Les 14 et 15 avril 1920 à Berlin se tient, de façon illégale, le 4e Congrès du KPD, auquel participent 90 délégués dont 49  avec droit de vote[60]. Le congrès élit une Centrale, composée de: H. Brandler, H. Eberlein, P. Levi, E. Meyer, W. Pieck, A. Thalheimer, C. Zetkin, comme membres; E. Reuter, P. Frölich, F. Heckert, P. Lange, F. Schnellbacher, J. Walcher, R. Wolfstein, comme candidats.

Toujours en avril 1920, le Comité exécutif de l'Internationale communiste dissout le Bureau ouest-européen à Amsterdam, en raison du refus de ses dirigeants de travailler dans les syndicats réformistes et les parlements[61]. Ses tâches sont désormais assumées par le secrétariat ouest-européen constitué par le KPD à Berlin, lequel maintenant revêt un statut officiel. Finalement, le 8 août, le Comité exécutif de l'IC décidera de dissoudre tous les centres régionaux existants et de remplacer par des représentants individuels responsables directement devant le Comité exécutif. Le secrétariat de Berlin continuera d'exister jusqu'à la fin des années 1920 mais avec des fonctions essentiellement administratives.

Le 2 juin 1920, le Comité exécutif de l'Internationale communiste publie une lettre ouverte adressée aux membres du KAPD, critiquant la position de ce parti concernant les syndicats[62]. Il souligne notamment que le KAPD ne peut être considéré sérieusement comme parti révolutionnaire, alors qu'il tolère dans ses rangs des personnes comme H. Laufenberg ou F. Wolffheim, qui propagent une position de "national-bolchévisme" conseillant que la classe ouvrière s'allie avec les impérialistes allemands sur la base d'un programme dirigé contre le traité de Versailles. À l'occasion d'un congrès tenu en aout, le KAPD exclura le groupe autour de Laufenberg et Wolffheim.

Du 19 juillet à Petrograd et du 23 juillet au 7 aout 1920 à Moscou se tient le 2e Congrès de l'Internationale communiste, avec la participation de 218 délégués de 41 pays[63]. La délégation du KPD est composée de P. Levi, W. Budich, E. Meyer, J. Walcher, R. Wolfstein; s'y ajoute Walter Löwenhain pour l'Internationale communiste des Jeunes. Des délégués de l'USPD (Arthur Crispien, E. Däumig, W. Dittmann, Walter Stoecker, Schiller) et du KAPD participent également, mais avec voix consultative. Le congrès adopte le document définissant en 21 points les conditions dont le respect est exigé des partis adhérents à l'IC. Il constitue un Comité exécutif de 26 membres de 20 partis nationaux, composé de la manière suivante. Comme président: Grigori E. Zinoviev (Russie soviétique); comme membres: Nikolaï I. Boukharine (Russie soviétique), J. Friis (Scandinavie), N. Hourwich (Amérique), P. Gula (Tchécoslovaquie), J. Jansen (Pays-Bas), M. Kobetzky (Russie soviétique), K. Manner (Finlande), Maring (H. Sneevliet; Java), Meyer (Allemagne), I. Milkitch (Yougoslavie), Pak Djinchoun (Extrême-Orient), Th. Quelch (Grande-Bretagne), K. Radek (Russie soviétique et Pologne), J. Reed (Amérique), A. Rosmer (France), A. Roudnyansky (Hongrie), N. Chabline (Bulgarie), L. Chatskine (Internationale communiste des Jeunes), G. Serrati (Italie), K. Steinhardt (Autriche), A. Sultan-Zade (Extrême-Orient), M. Tomski (Russie soviétique), D. Wijnkoop (Pays-Bas), M. Tsakiah. (Géorgie), à partir d'automne 1920 C. Zetkin (Secrétariat international des femmes); comme candidats: I. Berzins-Zimelis (Russie soviétique), Cesare (Italie), V. I. Lénine (Russie soviétique), Levi (Allemagne), M. Pavlovitch (Russie soviétique), J. W. Staline (Russie soviétique), P. Stucka (Lituanie), L. Trotsky (Russie soviétique), G. Tsyperovitch (Russie soviétique). Après le congrès, le Comité exécutif élira un “bureau restreint” qui se compose de la façon suivante: Zinoviev (Russie soviétique) comme président, Boukharine (Russie soviétique) comme vice-président; Kobetzky, Meyer ‑ ultérieurement remplacé par F. Heckert ‑ (Allemagne), Roudnyansky (Hongrie) comme secrétaires. Dans la période jusqu'au 3e Congrès (juin-juillet 1921) le bureau restreint sera élargi aux membres suivants: Wilhelm Koenen (Allemagne), Béla Kun (Hongrie), Radek (Russie soviétique), Rosmer (France).

Le congrès de fondation du KAPD avait désigné Jan Appel et Franz Jung pour assister au congrès de l'Internationale communiste[64]. Ceux-ci, dans leurs discussions avec le Comité exécutif de l'IC, exposent la position du KAPD et assurent notamment que les groupes autour de H. Laufenberg et F. Wolffheim, ainsi que d'O. Rühle seront exclus. Mais le KAPD, faute de recevoir des informations des délégués de Moscou, envoie comme délégation supplémentaire Rühle et August Merges (ce dernier avait rejoint le KPD à sa création, puis avait été exclu avec les autres fondateurs du KAPD). Or, Rühle, arrivé sur place le 19 juin, au cours des discussions préparatoires avec V. I. Lénine, N. Boukharine et G. Zinoviev, affirme son rejet des  "Lignes directrices sur les tâches fondamentales de l'Internationale communiste"[65] [citation dans l'original ], soumises au congrès, et adoptées. Lui et Merges renoncent en fait à participer aux délibérations du congrès. Après leur retour, le groupe autour de Rühle sera exclu du KAPD, à l'occasion d'une réunion de la direction tenue les 30‑31 octobre. Au congrès du KAPD en aout 1920, Jung préconise une attitude favorable vis-à-vis de l'Internationale communiste, mais sa position est rejetée.

Le 12 octobre, s'ouvre un congrès extraordinaire de l'USPD, à Halle[66]. G. Zinoviev et Alexandre Lozovskij assistent comme représentants officiels de l'Internationale communiste. Par 236 voix contre 156, le congrès vote en faveur de l'adhésion à l'IC en acceptant les 21 conditions d'adhésion et par là, pour l'unification avec le KPD. Parmi ceux qui adhèrent ainsi au KPD figurent: W. Koenen, R. Müller, W. Stoecker, Franz Dahlem, Wilhelm Florin, Karl Korsch, Theodor Neubauer, Hermann Remmele, Arthur Rosenberg, John Schehr, Werner Scholem, Ernst Thälmann, Ernst Torgler, E. Däumig, Emil Eichhorn, Adolph Hoffmann, Curt Geyer, Otto Gäbel. Thälmann intervient dans la discussion: Documents .

Du 1er au 3 novembre 1920 se tient à Berlin le 5e Congrès du KPD, avec la participation de 147 délégués dont 101 avec droit de vote[67]. Il adopte une résolution préconisant l'union du Parti avec l'aile gauche de l'USPD. En attendant le congrès d'unification à venir, la composition de la Centrale décidée par le 4e congrès est maintenue.

Du 4 au 7 décembre 1920 se tient à Berlin le 6e Congrès du KPD, congrès d'unification entre le KPD et l'aile gauche de l'USPD[68]. Y participent 136 délégués du KPD et 349 de l'USPD. Étant donnée l'expulsion de G. Zinoviev d'Allemagne après le congrès de Halle, c'est K. Radek qui représente l'Internationale communiste à ce congrès[69]. Est constitué le “Parti communiste unifié d'Allemagne” (“Vereinigte kommunistische Partei Deutschlands”, VKPD; en 1922 sera repris la désignation comme KPD). En tant que Présidents conjoints sont élus P. Levi (KPD) et E. Däumig (USPD). Une Centrale est élue qui comprend outre Levi et Däumig: H. Brandler (KPD), Otto Braß (USPD), W. Koenen (USPD), W. Pieck (KPD), H. Remmele (USPD), W. Stoecker (USPD), C. Zetkin (KPD) comme secrétaires; O. Gäbel (USPD), C. Geyer (USPD), F. Heckert (KPD), A. Hoffmann (USPD), A. Thalheimer (KPD) comme autres membres.

Le reste de l'USPD, au cours d'un congrès qui se tiendra du 20 au 23 septembre 1922, décidera de rejoindre à nouveau le SPD[70]. Il n'y aura qu'un petit groupe autour de G. Ledebour et Theodor Liebknecht (frère de Karl) qui refusera la fusion. Le SPD tiendra en parallèle un congrès du 17 au 23 septembre, et le 24 se tiendra le congrès qui officialisera la réunion des deux partis social-démocrates. K. Kautsky sera nommé à la tête d'une commission chargée d'élaborer un nouveau programme.

En janvier 1921 se tient à Livourne le congrès du Parti socialiste italien (PSI)[71]. Mátyás Rákosi et Christo Kabaktchiev participent comme représentants de l'Internationale communiste, P. Levi pour le KPD. Après la fondation de l'IC, le PSI avait annoncé son adhésion à celle-ci. Le congrès doit se prononcer cependant au sujet des conditions posées par le 2e congrès de l'IC. Une aile droite du parti se prononce pour la séparation vis-à-vis de l'IC. Un groupe centriste autour de Giacinto Serrati se prononce contre l'acceptation de la condition qui exige que le PSI exclue l'aile droite. Levi soutient ouvertement la position de Serrati. Ensuite, à une session de la Centrale du KPD, tenue du 22 au 24 février, il soumet une résolution condamnant l'attitude de l'IC concernant le PSI. Elle est rejetée par 28 voix contre 23, et une résolution approuvant l'attitude de l'IC, soumise par A. Thalheimer, est adoptée avec la même répartition des votes. Face à ce résultat, Levi, O. Braß, E. Däumig, A. Hoffmann, C. Zetkin, quittent la Centrale. Ils sont remplacés par Paul Böttcher, P. Frölich, E. Meyer, Max Sievers, Paul Wegmann.

Pour la suite de la chronologie des congrès (7e Congrès, du 22 au 26 aout 1921) cf. plus loin, la section "Clivages politiques au KPD" .

La mise en scène du rétablissement de la légalité

L'Armistice a mis fin à la révolte des soldats exaspérés par la persistance du conflit militaire; il n'a pas fait disparaitre la lutte de classe. Les luttes s'enchainent notamment dans la région de la Ruhr. Des mouvements de grève ont été déclenchés dès décembre 1918 dans le secteur minier de Duisburg-Hamborn. Ils se sont étendus de manière inégale sur tout le secteur Est de la Ruhr. Au moment culminant en janvier 1919, 180 000 mineurs sont en grève. Les divergences entre les forces politiques s'accentuent également. Le 3 janvier 1919, l'USPD quitte le cabinet de Prusse (il y avait 8 représentants, dont R. Breitscheid). Il n'accepte pas d'entériner sans discussion, comme on le lui demande, la nomination du colonel Walther Reinhardt comme ministre de la guerre. Le 4 janvier intervient la destitution du préfet de police de Berlin, E. Eichhorn, un responsable de l'USPD appartenant à l'aile gauche de celui-ci, et qui avait refusé de démissionner de son poste. Le 5 janvier à Berlin, a lieu une réunion à laquelle participent notamment la direction de Grand-Berlin de l'USPD, celle des Hommes de confiance révolutionnaires, ainsi que K. Liebknecht et W. Pieck en tant que représentants du KPD. Un appel à la grève générale est formulé.

Pour les représentants de la réaction le conflit déclenché autour de la personne d'E. Eichhorn constitue une occasion de mettre en avant la nouvelle "légalité" telle qu'elle sera par la suite soigneusement mise en place à tous les niveaux. Le 6 janvier, un avis au public s'adressant à la population de Grand-Berlin souligne: "Le Conseil exécutif pour Grand-Berlin a confirmé la destitution du préfet de police de Berlin Eichhorn, demandée par le Conseil central de la République socialiste allemande et exécutée par le Ministère de l'Intérieur [de Prusse ‑ le ministre en question est Paul Hirsch, du SPD]. Toutes les autorités investies par la révolution ont donc donné leur accord à ce limogeage[72]." [Citation dans l'original ] Ce n'est là, cependant, que le décor exhibé pour satisfaire les belles âmes. Quant à l'essentiel, c'est que le gouvernement considère avoir mené à bien les préparations en vue d'annihiler la révolution par la force des armes. Ainsi, au cours d'une séance commune entre le Conseil des mandatés du peuple et le Conseil central qui a lieu ce même jour, le Conseil central donne pleins pouvoirs au gouvernement[73]: "Les agissements criminels de bandes armées, mettant en danger toutes les conquêtes de la révolution, nous ont contraints d'accorder à la direction du Reich des pouvoirs exceptionnels, afin qu'à Berlin puissent enfin être rétablis l'ordre et la sécurité juridique qui sont d'autant plus nécessaires sous le régime le plus libéral qui soit.".

G. Noske est nommé Commandant des troupes pour Berlin et ses environs, avec des pouvoirs quasi-dictatoriaux. Voici comment il rapporte lui-même la réplique qu'il donne lorsque la proposition lui est faite[74]: "Soit! Quelqu'un doit faire le Bluthund, je ne recule pas devant la responsabilité!" "Bluthund" est le nom allemand de la race de chiens appelée braque en français, mais signifie littéralement "chien sanguinaire". Le terme est employé à dessin: dans l'esprit de Noske il s'agit de relever le “défi” lancé par les Spartakistes et les insurgés, qui depuis décembre accusent les social-démocrates d'agir en "chiens sanguinaires".

Le lieutenant-général W. Groener commente la situation dans ses mémoires[75]:

Dès le début de l'année 1919 nous pouvions nous considérer en mesure de nous mettre à l'oeuvre à Berlin, et d'y faire place nette. Toutes les mesures prises, à ce moment-là et plus tard, l'étaient dans l'accord le plus étroit avec la direction de l'armée, mais la direction et la responsabilité devant l'armée et le peuple, c'est Noske, bientôt nommé ministre aux armées du Reich, qui les portait; suivant les traces d'Ebert, Noske établit une ferme alliance avec les officiers.

[Citation dans l'original ]

C'est aussi le 6 janvier qu'a lieu la fondation du “Parti ouvrier allemand” (“Deutsche Arbeiterpartei, DAP), auquel adhèrera Adolf Hitler en septembre.

Le 8 janvier, le gouvernement publie un appel à la population de Berlin[76]: "Spartakus lutte maintenant pour le pouvoir intégral. Le gouvernement qui veut, dans un délai de 10 jours, amener le peuple à décider librement de sa propre destinée, devrait être renversé par la force. [...] La force ne peut être combattue que par la force. La force organisée du peuple mettra fin à l'oppression et à l'anarchie." Et l'appel termine par un avertissement on ne peut plus clair: "L'heure du règlement de comptes approche!"

Vu de l'autre côté de la barrière, il faut préciser que le KPD n'a que peu d'emprise sur le cours des évènements. Il n'a pas délibérément déclenché l'insurrection. Les combats sont avant tout le résultat conjugué de l'action spontanée des masses et des décisions prises par des forces politiques s'opposant au SPD sur des bases limitées et confuses. L'intervention du KPD est déterminée par sa volonté d'assumer la responsabilité incombant aux forces véritablement révolutionnaires, face aux évènements, et, une fois la confrontation ouverte déclenchée, de diriger les efforts du prolétariat vers le seul objectif valable quant au fond, le renversement de la bourgeoisie en tant que classe dominante. Quoi qu'il en soit, à Berlin le gouvernement réussit à imposer son pouvoir le 15 janvier; le 4 février à Brême, où la République des Conseils a été déclarée le 10 janvier; le 13 avril, la République des Conseils est instaurée à Munich, elle sera vaincue le 3 mai. Devant l'occupation de Berlin par les troupes gouvernementales, K. Liebknecht et R. Luxemburg s'étaient réfugiés dans un appartement de la ville, mais suite à une dénonciation ils sont appréhendés par une unité de garde civile [Einwohnerwehr]. Ils sont assassinés.

La répression énergique exercée par le gouvernement lui permet de tenir les échéances. Le 18 janvier s'ouvre la Conférence de Paix de Versailles. 70 délégués de 27 nations siègent sans que les puissances vaincues soient représentées. Et le 19 janvier ont lieu les élections à l'Assemblée Nationale Constituante. Le SPD obtient 37,9 % des voix, l'USPD 7,6 %. Le SPD en sort donc comme parti le plus fort; cependant il ne peut, même pas en s'alliant à l'USPD, former un gouvernement majoritaire. Il en est de même lors des élections à l'Assemblée Constituante de Prusse, le 26 janvier: le SPD y obtient 36,4 % des voix, l'USPD 7,4 %.

L'Assemblée constituante se réunit à Weimar, pour la première fois le 6 février. Le 10 février elle adopte la "Loi sur le pouvoir provisoire dans le Reich", qui fixe les tâches de l'Assemblée nationale et règlemente les rapports entre les pouvoirs au niveau du Reich d'une part, et celui des “États libres” [“Freistaaten”] qui le composent, d'autre part. [Chronologie ] Le 11 février, par 277 voix sur 379, elle élit F. Ebert comme "Président provisoire du Reich". Le 13 février, est constitué le nouveau gouvernement. Ebert désigne Ph. Scheidemann comme Premier ministre. Le gouvernement comprend des représentants du SPD, du DDP et du Zentrum. Le SPD occupe six ministères sur 14: R. Wissel ‑ Économie; G. Bauer ‑ Travail; O. Landsberg ‑ Justice; G. Noske ‑ Reichswehr (Forces armées); Robert Schmidt - Ravitaillement et Eduard David ‑ sans portefeuille. Le 4 mars, la "loi de transition" confère à l'activité législative exercée jusqu'à ce jour par le Conseil des mandatés du peuple l'aval de l'Assemblée Constituante. Quant au Conseil central, il avait déjà, le 4 février, transféré son mandat politique à l'Assemblée nationale.

Avant même l'adoption d'une constitution, l'Assemblée nationale s'attache surtout à amputer les Conseils de tout ce qu'ils pourraient comporter comme aspect révolutionnaire. Elle y procède dans le cadre des débats autour des revendications de "socialisation" de l'industrie, elles aussi interprétées d'une manière réformiste. Le 4 mars le gouvernement soumet à l'Assemblée nationale un projet de loi qui de manière tout à fait générale prévoit la socialisation d'entreprises économiques s'y prêtant. [Chronologie ] La "loi de socialisation" sera adoptée le 13 dans une version modifiée et sera édictée le 23; elle sera complétée le 4 février 1920 par la loi sur les Conseils d'Entreprise.

Le paragraphe principal stipule, selon le libellé du projet initial[77]:

Il relève de la législation au niveau du Reich, de transférer vers l'économie collective des entreprises économiques se prêtant à la socialisation, en particulier l'extraction de richesses minières et l'exploitation de forces naturelles, ainsi que de règlementer la production et la distribution de biens économiques pour l'économie collective au bénéfice du Reich, des états membres, communes ou regroupements de communes.

[Citation dans l'original ]

Dans la version finale, cette disposition devient[78]:

Le Reich a autorité pour procéder aux actes suivants par voie de législation et contre indemnisation appropriée:

1)  transférer vers l'économie collective des entreprises économiques se prêtant à la socialisation, en particulier celles visant à l'extraction de richesses minières et l'exploitation de forces naturelles,

2)  en cas de besoin urgent, règlementer sous l'angle de l'économie collective la production et la distribution de biens économiques.

Les dispositions détaillées sur l'indemnisation seront du domaine des lois particulières au niveau du Reich, à venir.

[Citation dans l'original ]

Cette démarche est accompagnée d'une propagande visant à faire passer l'idée qu'ainsi serait instauré le socialisme. Le 2 février, le gouvernement avait annoncé[79]: "Et ça, c'est du socialisme!".

Sur le plan diplomatique, les négociations avec les puissances vainqueurs de la guerre causent quelques remous. Le 20 juin 1919 le gouvernement, dont une partie des ministres ainsi que le chancelier Ph. Scheidemann refusent l'acceptation du traité de Versailles, démissionne. Le nouveau gouvernement est présidé par G. Bauer (SPD); il a à ses côtés entre autre G. Noske, Hermann Müller, R. Schmidt. Le 23 juin, l'Assemblée nationale se déclare favorable à la signature du Traité de Paix de Versailles; celui-ci est signé le 28 juin. Ce traité contient notamment le Règlement de la Société des Nations. L'Allemagne renonce aux droits sur ses colonies, sur lesquelles est instaurée l'administration par les "nations avancées" pour le compte de la SDN. Le traité procède à la fixation des nouvelles frontières. Des commissions alliées surveilleront le désarmement allemand; les forces militaires de l'Allemagne sont limitées à une armée de métier de 100 000 hommes.

Le 31 juillet, l'Assemblée nationale à Weimar adopte la nouvelle constitution. [Chronologie ] Elle entre en vigueur le 14 aout. Selon cette constitution, le Reich allemand, dont le président est élu par le peuple, est une république démocratique parlementaire. Le Parlement se compose du “Reichstag” élu au suffrage universel représentant l'État fédéral ‑ le “Reich” ‑ dans son ensemble, et d'un “Reichsrat” représentant les composants fédérés ‑ les “Länder”[80]. La constitution confère des pouvoirs extraordinaires à la fonction de président du Reich. D'après l'article 25 celui-ci peut dissoudre le Reichstag. Au cas où cette instance refuse d'adopter des modifications de loi proposées par le gouvernement, le président peut les faire passer par voie d'ordonnance. De même il peut suspendre les droits constitutionnels fondamentaux, s'il considère la sureté et l'ordre publics en danger (article 48). Le président provisoire F. Ebert est confirmé dans ses fonctions.

Gauche? Droite? En marche, gauche, droite, gauche, droite...

Corps francs

À partir des combats de janvier 1919 à Berlin, pendant un an et demi, les formations armées noyautées par l'extrême-droite jouent un rôle essentiel dans la répression du mouvement révolutionnaire. D'une part, existent à côté des forces armées proprement dites des unités locales de volontaires, créées avec d'anciens militaires ou policiers. Ce sont les “Zeitfreiwillige” (“Volontaires temporaires”), la “Sicherheitspolizei” (“Police de sécurité”), les “Einwohnerwehren” (“gardes civiles”) etc. D'autre part et principalement, il s'agit des “Freikorps” (corps-francs), qui sont des formations de mercenaires constituées sur la base d'initiatives individuelles, mais soumises tout à fait officiellement au gouvernement et rémunérées par lui [Chronologie ]

Tout en se servant dans la pratique des forces armées contrerévolutionnaires comme fer de lance, le pouvoir procède à leur intégration officielle, en bonne et due forme, dans l'appareil d'État. Le 6 mars 1919, la loi sur la “Reichswehr provisoire” crée des forces armées qui ressemblent fortement à l'armée impériale. Le 23 mars 1921 sera publié la loi relative à la défense nationale [Wehrgesetz] qui consolide les structures de cette armée, laquelle à partir de ce moment ne sera plus provisoire”.

Les affrontements à Berlin de janvier 1919 avaient été accompagnés d'autres, similaires, dans différentes villes, notamment à Hambourg, Dortmund, Halle, Dresde, Munich, Nürnberg, Stuttgart. Et la défaite des actions de rébellion à Berlin n'amène pas la pacification voulue par le gouvernement. Entre février et mai une vague de grèves et d'occupations d'usines, non contrôlés par les syndicats, s'étend sur la Ruhr, la Silésie, l'Allemagne du centre (Halle, Merseburg), des insurrections locales se produisent (entre autre en Brême, Mannheim et Braunschweig). [Chronologie  ]

Ruhr

Dans la région industrielle de la Ruhr, le développement des mouvements revendicatifs va croissant. Le 11 janvier 1919, plus de 80 000 mineurs sont en grève. Jusqu'en avril, les corps-francs et autres unités de volontaires interviennent dans différentes localités (troupes du général Oskar von Watter, corps-franc Lichtschlag). À Düsseldorf, le 10 janvier, des affrontements se produisent entre travailleurs et forces gouvernementales, il y a 13 morts. Le 13 janvier se tient à Essen une conférence de tous les conseils d'ouvriers et de soldats de région, avec la participation des représentants de tous les syndicats ainsi que du gouvernement. En accord avec ces derniers la conférence décide à l'unanimité la socialisation immédiate des mines. Le gouvernement s'efforcera par la suite de limiter la portée de cette initiative. Mais les conseils d'ouvriers et de soldats persistent à vouloir pousser plus loin la mise en place d'une structure de conseils.

Le 15 février à Mülheim une conférence partielle de conseils d'ouvriers, dominée par le courant syndicaliste avec la Fédération libre de syndicats allemands (Freie Vereinigung der deutschen Gewerkschaften), décide d'initier immédiatement la grève générale. Les quatre unions syndicales (Syndicats dits libres, Fédération des Associations de métier‑Hirsch-Duncker, Fédération générale des syndicats chrétiens, Fédération professionnelle polonaise) se prononcent contre la grève. Des troupes entrent dans la région, des combats ont lieu. Au point culminant, le 20 février, environ 180 000 mineurs, c'est-à-dire plus de la moitié des effectifs, sont en grève. Le 21 février une conférence de délégués déclare la levée de la grève qui prend fin au cours des jours suivants. Des affrontements avec les troupes continuent à se produire et l'agitation se poursuivra dans les semaines consécutives.

Le 30 mars à Essen se réunit une conférence de délégués des puits de l'ensemble de la région de la Ruhr, dominée par des membres de l'USPD et du KPD. Elle décide de quitter les syndicats et de fonder une “Union générale des mineurs” [“Allgemeine Bergarbeiterunion”], et adopte à l'unanimité l'appel à la grève générale illimitée, laquelle débutera le 1er avril. Parmi les principales revendications: équipes de 6 heures, augmentation de salaire de 25 %, reconnaissance du système des conseils, désarmement des corps-francs, armement des travailleurs, rétablissement des relations de l'Allemagne avec la Russie soviétique.

Le 31 mars, le gouvernement impose l'état de siège dans l'ensemble de la région. Entre le 10 et le 14 avril la grève mobilise avec plus de 300 000 grévistes au moins 75 % des mineurs. Les syndicats se voient contraints de prendre à leur compte la revendication principale (équipes de 6 heures). Le 9 avril les directions des puits et le gouvernement accordent les équipes de 7 heures. Carl Severing (SPD) est chargé en tant que Commissaire du Reich et du Land [Reichs- und Staatskommissar], de mettre fin au conflit. Il fait arrêter les dirigeants de la grève ou leur impose des travaux obligatoires. Le 28 avril, le gouvernement peut considérer que le mouvement est vaincu.

Berlin

Le 3 mars 1919 l'Assemblée plénière des Conseils ouvriers et de soldats de Grand-Berlin, rassemblant des délégués de l'USPD, du SPD et du KPD, décide d'appeler à la grève générale[81]. Les revendications sont les suivantes: reconnaissance des Conseils d'ouvriers et de soldats, libération de tous les prisonniers politiques, arrestation des assassins de K. Liebknecht et R. Luxemburg, dissolution des corps-francs, constitution d'une garde ouvrière [Arbeiterwehr] ainsi que l'établissement de relations politiques et économiques avec la Russie soviétique.

Dans l'appel qu'il diffuse[82], le KPD dénonce le gouvernement: "Travailleurs! Camarades du Parti! Ayez les idées claires. Les Ebert-Scheidemann-Noske sont les ennemis mortels de la révolution. Pour occuper leurs sièges de ministres, ils vous ont vendus à la bourgeoisie. Ils vous ont trahis dès le premier jour, ils vous ont empêtrés dans les attaches de l'assemblée nationale, quotidiennement ils vous ont fait assassiner. Travailleurs! Camarades du Parti! Soyez en conscient: la révolution peut aller de l'avant uniquement par-dessus la tombe de cette social-démocratie majoritaire." Il formule comme mot d'ordre notamment: "À bas l'assemblée nationale! Tout le pouvoir aux conseils d'ouvriers."

Sur insistance de l'USPD, la direction de la grève est conférée à un conseil exécutif composé de façon paritaire par MSPD, USPD et KPD. Pourtant, quelques jours plus tôt, l'USPD de Berlin avait répondu négativement à une demande du KPD, d'organiser des manifestations de soutien à la grève en Allemagne du centre (cf. plus loin).

Le gouvernement régional [Staatsministerium] de Prusse présidé par P. Hirsch (SPD) déclare l'état de siège sur Berlin (il sera maintenu jusqu'au 5 décembre). Le pouvoir exécutif passe au ministre de la défense [Reichswehrminister] G. Noske (SPD). La presse du KPD et de l'USPD est interdite, l'imprimerie du Rote Fahne sera détruite par des miliciens de Noske. Des mandats d'arrêt sont lancés contre les membres de la Centrale du KPD et les rédacteurs du Rote Fahne.

Le 4 mars, G. Noske organise l'occupation de la capitale par environ 30 000 miliciens de corps-francs, commandés par le général Walter von Lüttwitz. L'objectif premier est la dissolution des gardes militaires républicaines [Republikanische Soldatenwehren], une formation stationnée à Berlin, que le gouvernement a du mal à maitriser[83]. Le KPD, par une déclaration devant l'assemblée plénière des conseils d'ouvriers et de soldats de Berlin, annonce son retrait du conseil exécutif[84]: "La grève générale est dirigée contre le gouvernement conduite par le SPD, et contre sa politique. Faire entrer les représentants de cette politique dans la direction de la grève, signifie la trahison à la grève générale et à la révolution."

Le 5 mars le général W. v. Lüttwitz met en scène une provocation pour déclencher l'attaque contre les grévistes et les forces de défense qui sont favorables à ces derniers, notamment la dénommée Volksmarinedivision (division de marine populaire). [Chronologie  ] Les affrontements gagnent ensuite les quartiers ouvriers du Nord-Est de Berlin.

Le 7 mars, le SPD et l'aile droite de l'USPD réussissent à imposer la cessation de la grève générale. Le 9 mars, le quotidien Berliner Zeitung publie une information mensongère qu'avait mise en circulation l'unité dénommée Garde-Kavallerie-Schützen-Division, et selon laquelle un groupe de Spartakistes aurait investi la Préfecture de police à Lichtenberg et massacré 60 policiers (le lendemain, le Vorwärts du SPD colporte également ces nouvelles alarmantes). G. Noske profite du contexte pour édicter des mesures de loi martiale[85]: "La cruauté et la bestialité des Spartakistes qui nous combattent, m'obligent à l'ordre suivant: Toute personne qui est trouvée en combattant les troupes gouvernementales les armes à la main, doit être fusillée immédiatement." La Garde-Kavallerie-Schützen-Division émet des directives qui accentuent encore la teneur du décret, de sorte que la seule possession d'une arme suffit pour être exécuté. S'en suit une campagne meurtrière de la part des corps-francs.

L. Jogiches, membre de la Centrale du KPD, avait été arrêté le 13 janvier, mais avait réussi à s'échapper. Après l'assassinat de R. Luxemburg et K. Liebknecht, il avait pris en charge la direction du Parti. Le 10 mars il est arrêté de nouveau et assassiné en prison.

Le 10 mars, la Volksmarinedivision est définitivement dissoute. Le 11 mars, environ 250 ex-membres de cette unité sont convoqués sous prétexte que leur seraient remis leurs papiers de congédiement. Parmi eux, un groupe de 29 est massacré. Dans les quartiers berlinois de Lichtenberg et Friedrichshain, des combats se poursuivent jusqu'au 13 mars. Le 16 mars, la loi martiale sera levée. Le bilan s'élèvera à environ 1200 morts et 1600 arrestations.

Dans un tract publié le 11 mars, le KPD présente son analyse des évènements. En voici des extraits[86]:

Cette grève générale ne pouvait pas mener à la prise du pouvoir politique par le prolétariat. Pour cette raison nous n'avons pas lancé une telle consigne, pour cette raison nous ne pouvions pas appeler nos partisans à participer à la lutte armée engagée par des gens éloignés de nos positions et que nous considérons donc dans cette situation non pas comme politique mais comme putschiste.

Nous sommes de l'avis: le moment de la prise du pouvoir par le prolétariat sera venu quand ce ne sera pas Berlin, Leipzig ou Rheinland-Westfalen ou Brême qui font grève à tout de rôle ou l'un après l'autre, mais quand sera arrivée la prochaine étape: la grève générale à travers toute l'Allemagne. [...]

Le prolétariat atteindra son objectif: Il a interrompu cette lutte et tient toute la force prête pour le coup suivant, fort et peut-être ultime.

Profitez du temps. Établissez la clarté dans vos têtes! Au diable les traitres! [...]

Bavière

Le 21 février 1919, le parlement régional doit tenir sa session d'ouverture. Le premier ministre de Bavière Kurt Eisner est assassiné, alors qu'il se rend sur les lieux. En réaction, Alois Lindner, membre du conseil d'ouvriers, entreprend un attentat contre le ministre de l'intérieur, Erhard Auer, soupçonné d'être l'instigateur de l'assassinat d'Eisner. Auer est gravement blessé. Le parlement régional étant paralysé, le pouvoir incombe aux les conseils. De leurs organes dirigeants sont formés deux institutions, le Conseil central [Zentralrat] et le Comité d'action [Aktionsausschuß]. Le 17 mars se tient néanmoins une assemblée des députés au parlement régionale. Johannes Hoffmann (SPD) est élu premier ministre. Au gouvernement participent le SPD, l'USPD et la Ligue paysanne bavaroise (Bayrischer Bauernbund, BBB). Le 6 avril, le Conseil central constitué le 22 février est réorganisé en tant que “Conseil central révolutionnaire provisoire”. Le 7 avril, le Conseil central et le Conseil d'ouvriers révolutionnaire proclament la République des conseils [Räterepublik] de Bavière. [Chronologie  ] L'assemblée régionale et le gouvernement régional sont déclarés dissous, les conseils assument l'ensemble du pouvoir et le contrôle de l'administration. À cette action participent l'USPD et des anarchistes, mais pas le KPD. Le gouvernement dirigé par Hoffmann se retire à Bamberg où il prépare l'attaque contre la république des conseils. En tout, sous le commandement du lieutenant général Ernst von Oven sont rassemblés des unités de l'armée ainsi que des corps-francs de Prusse, Württemberg et Bavière d'un effectif d'environ 20 000 hommes (les chiffres indiqués oscillent selon les sources entre 15 000 et 35 000).

Le 13 avril, après la mise en échec d'une attaque, les conseils d'ouvriers et de soldats destituent le Conseil central et confèrent le pouvoir législatif et exécutif à un Comité d'action [Aktionsausschuß] ‑ composé de 15 membres comprenant des représentants du KPD, de l'USPD et du SPD ‑ qui se prononce en faveur du programme des communistes. Le Comité d'action désigne un Conseil exécutif [Vollzugsrat] de 5 membres, présidé par E. Leviné (KPD), et comprenant par ailleurs M. Levien et W. Budich (sous le pseudonyme de Dietrich) pour le KPD, ainsi que Ernst Maenner et Wilhelm Duske pour l'USPD. En application d'une décision prise le 9 avril par le Conseil central, est constituée une armée rouge sous le commandement de Rudolf Egelhofer (KPD). L'armement des travailleurs et le désarmement du reste de la population est mis en oeuvre. L'armée rouge atteint un effectif d'environ 10 000 hommes. Elle remporte quelques succès temporaires. Cependant, le 1er mai, des troupes gouvernementales entrent à Munich. Le 2 mai, la ville est occupée, mais dans certains quartiers les combats se prolongeront jusqu'au 8. La campagne de représailles mise en oeuvre par les troupes gouvernementales fera environ 1200 victimes. Egelhofer est assassiné. Leviné sera condamné à mort et exécuté en juin. Levien réussira à s'échapper.

Brême

Le 6 janvier 1919 se déroulent des élections au conseil d'ouvriers. USPD et KPD ensemble gardent la majorité absolue des mandats, mais le SPD atteint presque la moitié. Le 10 janvier le KPD et l'USPD organisent une manifestation au cours de laquelle est déclarée l'élimination du gouvernement et du parlement régionaux (Senat et Bürgerschaft), et l'instauration de la République socialiste de Brême. Les délégués SPD sont exclus du conseil d'ouvriers. Le 13 janvier le conseil d'ouvriers et de soldats décide, avec 101 voix contre 88, de laisser se dérouler les élections à l'assemblée nationale; le KPD vote contre. Ensuite le Conseil des mandatés du peuple de Brême, contre l'avis du KPD, décide d'organiser des élections à l'assemblée locale de Brême le 9 mars. Le 4 février la Division Gerstenberg occupe Brême. 81 personnes sont tuées durant les affrontements. Le 5 février un gouvernement régional est formé composé de 5 membres SPD, sous la présidence de Karl Deichmann. Il instaure l'état de siège dans le territoire de la ville et de la région. Le 6 février les institutions précédemment déposées reprennent leurs fonctions. Les 8-9 février une unité commandée par le Major Stobbe entre dans les villes de Bremerhaven, Geestemünde et Lehe (aujourd'hui Bremerhaven). Ainsi s'achève l'occupation de Brême.

Le 16 avril débute une grève générale. Y participent les travailleurs des chantiers navals, de la centrale gazière, des tramways, et autres. Le 23 avril le président instaure l'état de siège à Brême. Le 27 avril la grève générale prend fin.

Braunschweig

Le 7 janvier 1919 se tient une manifestation de soutien aux actions antigouvernementales de Berlin. Le 20 janvier est organisée une grève générale en réaction à l'assassinat de K. Liebknecht et R. Luxemburg. Elle dure jusqu'au 22. L'état de siège est instauré.

Le 9 avril un Comité d'action [Aktionsausschuß] est constitué présidé par A. Merges (USPD) (qui avait été désigné le 19 novembre 1918 comme président de la République Braunschweig, mais avait abandonné ses fonctions gouvernementales le 28 février 1919). Il lance un appel à la grève générale. Les conseils d'ouvriers et de soldats se joignent au comité d'action. Le 13 avril le gouvernement du Reich instaure l'état de siège. Le major général G. Maercker avec ses corps-francs est chargé d'entrer à Braunschweig. Le 15 avril il arrive avec une troupe d'environ 10 000 hommes. Il impose l'arrêt de la grève générale, le lendemain. Le 10 mai les corps-francs quittent la ville.

Allemagne du centre

Le 10 janvier 1919 se déroule une manifestation à Dresde. Elle subit des tirs, il y a 15 morts. Le 23 février une conférence des mineurs du district de Halle déclare la grève générale pour le lendemain. À partir de la zone de Halle-Merseburg, elle s'étendra sur Saxe, Anhalt, Thüringen, Leipzig et la zone minière de Senftenberg. À la grève se joindront à l'exception du secteur agroalimentaire, les employés de toutes les branches industrielles, des services de transport, des chemins de fer, des centrales électriques et les travailleurs agricoles des plus grosses propriétés. Le 1er mars à Halle, Le major général G. Maercker occupe la ville. Il y a 24 morts parmi les travailleurs. Le 10 mars la grève générale prend fin. À Pirna, le 24 mars, des troupes entrent dans la ville et assument le pouvoir public. À Magdeburg le 6 avril, le président et deux autres membres du conseil de soldats sont arrêtés. KPD et SPD appellent à une manifestation et à la grève générale, pour le 7. Des affrontements entre troupes gouvernementales et travailleurs armés se produisent. Le 8, les autorités militaires instaurent l'état de siège. La nuit du 8 au 9, 9000 soldats de la formation dénommée Freiwilliges Landjägerkorps, de Maercker, entrent dans la ville. Finalement la manifestation a lieu le 9, mais après la dispersion, les manifestants subissent des tirs venant des troupes gouvernementales. 10 sont tués. Par la suite, les conseils d'ouvrier et de soldats de Magdeburg seront dissous.

Le 11 mai à Leipzig des troupes comprenant 18 000 hommes commandés par G. Maercker occupent la ville, sur ordre du gouvernement du Reich et avec l'accord du gouvernement régional de Saxe. Auparavant le gouvernement de Saxe avait annoncé son intention de dissoudre le conseil d'ouvriers de Leipzig, suite à quoi l'USPD et le KPD avaient lancé un appel à la grève générale pour le 12 mai. Maercker instaure la loi martiale, dissout effectivement le conseil d'ouvriers et fait procéder à de nombreuses arrestations.

Haute-Silésie

Le 5 mars 1919, les équipes de six puits démarrent une grève. Au bout de quelques jours, plus de la moitié des puits de Haute-Silésie les rejoignent. En outre, dans divers villages, les paysans s'opposent à l'enregistrement du bétail. Des affrontements armés se produisent. Les mineurs polonais des mines de charbon de la région de Dąbrowa (en allemand Dombrowa) se mettent également en grève. Le 10 mars, les mineurs de Haute-Silésie organisent une manifestation qui se dirige vers la frontière, mais les troupes de protection des frontières [Grenzschutztruppen] réussissent à empêcher la jonction avec les mineurs polonais. Le 11, sous l'influence des directions du SPD et de l'USPD, les mineurs mettent fin à la grève; certains puits la poursuivent cependant encore plusieurs jours. Le 23, les hommes de confiance [Vertrauensleute] des entreprises de Haute-Silésie se réunissent et décident de redémarrer la grève le lendemain. Mais la réunion est réprimée par la police et les troupes de protection des frontières, et la tentative de reprendre l'action échoue.

L'extrême-droite attaque, la social-démocratie se défend... contre la classe ouvrière

Le bilan que le KPD tire de cette période de luttes intenses l'amène notamment à diffuser, en avril, une déclaration de la Centrale au sujet des tâches à venir concernant la lutte en vue de l'instauration de la république des conseils. [Cf. Documents .]

Les mouvements de masse continuent. Le 13 janvier 1920 par exemple, une manifestation de 40 000 ouvriers berlinois a lieu devant l'Assemblée nationale, pendant les débats concernant la loi sur les conseils d'entreprise. [Chronologie ] Elle est dispersée militairement, sur ordre du général W. v. Lüttwitz et avec l'approbation de G. Noske et du ministre de l'Intérieur de Prusse Wolfgang Heine (SPD). Il y a 42 morts. En même temps, dans la région de la Ruhr les mineurs lancent de nouveau des actions pour obtenir une diminution de la durée du travail par équipe[87]. En avril 1919 ils avaient obtenu sept heures, maintenant ils reprennent la revendication qui était restée insatisfaite, demandent six, et pour appuyer la revendication, ils quittent le travail au bout des six heures. Le général O. v. Watter est chargé de l'exécution de l'état d'exception dans la Ruhr, et le Commissaire du Reich et du Land [Reichs- und Staatskommissar] C. Severing est désigné pour l'assister dans cette tâche. Au cours d'un entretien avec les représentants des employeurs, le ministre du travail Alexander Schlicke (SPD) affirme[88]: "S'il n'est pas possible d'atteindre une entente entre les employeurs et les salariés, alors le gouvernement se tiendra sur cette question du côté des employeurs." À la question concernant les intentions du gouvernement au cas où il faudrait faire face à une tentative d'imposer par la force la durée de six heures pour les équipes, Schlicke répond: "quoi qu'il arrive, le gouvernement restera ferme, pour le reste, c'est Noske qui devra s'en charger".

Cependant, au fur et à mesure que le mouvement révolutionnaire se heurte aux attaques menées conjointement par le capital et le gouvernement, l'extrême-droite se fait plus offensive, en mettant ouvertement sur le tapis les divergences qui l'opposent au pouvoir dont elle agit pour l'instant en allié. En particulier, le retour progressif des corps-francs de la région balte lui donne des raisons de faire des projets pour son propre compte, d'autant plus que le gouvernement doit, tant bien que mal, prendre des mesures de réduction de leurs effectifs, afin de respecter les dispositions figurant dans le Traité de Versailles au sujet des forces armées.

Le 24 février 1920 à Munich, A. Hitler présente le programme du DAP, qui deviendra “National-sozialistische Deutsche Arbeiterpartei” (“Parti ouvrier national-socialiste allemand”, NSDAP) en décembre de la même année. Le 29 février, le ministre de la défense G. Noske, en se conformant à une directive de la Commission militaire interalliée de contrôle, dissout la Brigade de Marine II [Marinebrigade II] commandée par Hermann Ehrhardt et la Brigade de Marine III [Marinebrigade III] commandée par Wilfried von Loewenfeld (le corps-franc Loewenfeld). Cette mesure découle du Traité de Versailles, dont l'article 160 ordonne la réduction de l'armée allemande à 100 000 soldats de métier ainsi que la dissolution des corps-francs composés de volontaires. Dans ce contexte, les menées des officiers de corps-francs menacés d'être remerciés se conjuguent avec des plans subversifs de l'Union nationale (Nationale Vereinigung), organisation fondée en octobre 1919 par le Hauptmann Waldemar Pabst, commandant de la formation dénommée Garde-Kavallerie-Schützen-Division. Cette organisation intégrait un certain nombre d'ex-membres du Parti allemand de la Patrie (Deutsche Vaterlandspartei, DVLP), lequel s'était dissous en décembre 1918 tandis que ses dirigeants rejoignaient le Parti national-allemand du peuple (Deutsch-nationale Volkspartei, DNVP). Deux figures prépondérantes de ce courant sont Wolfgang Kapp, fonctionnaire d'administration en Prusse de l'Est, et W. v. Lüttwitz, général le plus haut gradé de l'armée. Le 10 mars, Lüttwitz déclenche une tentative de putsch en adressant au président F. Ebert un ultimatum qui entre autre exige la dissolution de l'Assemblée nationale et l'élection d'un nouveau président. [Chronologie  ] La préparation politique du putsch avait été conduite au sein l'Union nationale. Le 13 mars, Lüttwitz à la tête de la Brigade de Marine de Ehrhardt, occupe le quartier berlinois où est installé le gouvernement. Le corps-franc de Gerhard Rossbach est également impliqué dans le putsch. Les conjurés constituent un gouvernement avec Kapp à sa tête. Les responsables de l'armée refusent d'intervenir contre les putschistes.

Le chancelier G. Bauer et le président F. Ebert, ensemble avec la plupart des ministres, prennent la fuite. Dans toutes les grandes villes parait un appel à la grève générale, signé par les membres social-démocrates du gouvernement et le président du SPD Otto Wels. La Confédération syndicale générale allemande (Allgemeiner Deutscher Gewerkschaftsbund, ADGB), les fédérations des employés [Angestelltenverbände] proches du SPD ainsi que l'Union allemande de fonctionnaires [Deutscher Beamtenbund] se rallient à la grève générale. [Chronologie  ] Cependant, par la suite les ministres du SPD se sont de façon répétée distanciés de ce texte. Quand ceux-ci s'enfuient de Berlin d'abord à Dresde puis à Stuttgart, les généraux combattant le mouvement de grève les interpelèrent à ce sujet; c'est ce que fait également, à Münster, O. v. Watter en tant que commandant de la région militaire incluant la région de la Ruhr. Chaque fois les ministres, avant tout le ministre de la défense G. Noske, assurent qu'ils n'ont rien à voir avec l'appel et qu'ils en désapprouvent le contenu. Par contre, à Berlin, les courants syndicaux opposés au SPD constituent une direction centrale de grève pour Grand-Berlin [Zentralstreikleitung von Groß-Berlin] réunissant la Commission de syndicats de Berlin et environs [Gewerkschaftskommission Berlins und Umgebung], le KPD, le SPD, le Conseil exécutif [Vollzugsrat] de Berlin et la Centrale des conseils d'entreprise. Par ailleurs, en Bavière, le gouvernement régional dirigé par J. Hoffmann, composée du SPD, du Parti populaire bavarois (Bayerische Volkspartei, BVP) et du DDP, consentit à transmettre le pouvoir au commandant de la région militaire de Munich.

Face à ces évènements, l'orientation du KPD est sujette à quelques oscillations.

Le 13 mars, la Centrale adopte un texte qui se prononce contre la participation à la grève générale. Voici des extraits [Documents ]:

Le prolétariat révolutionnaire sait qu'il lui faudra mener une lutte à vie et à mort contre la dictature militaire. Mais il ne bougera pas le petit doigt en faveur du gouvernement des assassins de Karl Liebknecht et de Rosa Luxemburg, qui a sombré dans la honte et le déshonneur. Il ne bougera pas le petit doigt en faveur de la république démocratique qui n'était qu'un piètre masque de la dictature de la bourgeoisie.

[...]

La classe ouvrière qui encore hier était ligotée par les Ebert-Noske, désarmée, soumise à la pression extrême de la part des employeurs, n'est pas au moment présent capable de passer à l'action. Nous considérons comme notre devoir de dire cela clairement. La classe ouvrière engagera la lutte contre la dictature militaire au moment et par les moyens qui lui paraitront favorables. Ce moment ne se présente pas encore. Il se présentera lorsque la dictature militaire aura dévoilé son visage.

[Citation dans l'original ]

Puis le lendemain la Centrale du KPD modifie sa position [Documents ]:

Après une brève hésitation, les travailleurs à Berlin, dans la Rhénanie et dans de nombreuses autres localités sont entrés à la grève générale. Le KPD se joint à la grève générale. Nos organisations ont pour devoir d'en donner la consigne. Hier il paraissait ici à Berlin comme si les travailleurs allaient rester passifs, et nous pensions que, si les travailleurs n'étaient pas prêts à l'action, nous ne pourrions pas donner un appel à la grève générale tout de suite, mais devrions d'abord attendre des actions ultérieures de la part de la dictature militaire qui mettrait les travailleurs hors de leurs gonds.

Depuis hier, la situation a changé. Dans ces circonstances il est évident que non seulement nous ne nous opposons pas à la lutte, mais que nous devons nous efforcer qu'elle soit menée aussi énergiquement que possible et avec les consignes les plus résolues. [...] À cet égard, tout en soulignant le devoir de faire avancer la lutte aussi énergiquement que possible, nous vous mettons en garde en ce qui concerne l'idée comme si maintenant d'un seul coup seraient écartées toutes les illusions qui jusqu'ici avaient cours dans les têtes des travailleurs au sujet de la valeur de la démocratie bourgeoisie. Il est à supposer qu'il faudra passer par le déploiement d'une lutte de longue haleine, pleine de sacrifices, pour arriver à écarter complètement ces illusions parmi les couches décisives des travailleurs et à réaliser la pleine clarté autant sur l'objectif de la dictature des conseils, que sur la détermination et l'esprit de sacrifice correspondants dans la lutte pour celle-ci.

[Citation dans l'original ]

Le 14 mars également, le KPD publie un appel basé sur cette position, qui dit entre autre [Documents ]:

Désarmement et dissolution de la Reichswehr, de la police de sécurité [Sicherheitspolizei], des gardes civiles [Einwohnerwehren], des unités de volontaires temporaires [Zeitfreiwillige]. Confiscation immédiate de toutes les armes de la bourgeoisie. Formation d'une garde ouvrière révolutionnaire, digne de confiance, sous contrôle des conseils d'ouvriers.

[...]

C'est la grève générale qui conduit au déclenchement de cette lutte. Pour la conduite de la lutte formez tout de suite des conseils d'entreprise. Regroupez les conseils d'entreprise pour former des conseils d'ouvriers, des assemblées plénières, qui dirigent la lutte. Avec les conseils d'ouvriers, créez de nouveau pour vous des organes par lesquels vous pouvez établir votre volonté commune et mener des actions communes.

[Citation dans l'original ]

Des écarts d'appréciation se manifestent par ailleurs concernant l'attitude à l'égard du SPD.

Le 14 mars à Elberfeld parait un appel à la grève générale signé par les directions de district de USPD, SPD, KPD Bas-Rhin[89].

À tous les ouvriers, employés et fonctionnaires de Rheinland-Westfalen

Après que la réaction a réussi, par un putsch provisoirement réussi à Berlin, d'instaurer un gouvernement contrerévolutionnaire, les partis socialistes du district Niederrhein s'engagent à assumer la lutte contre le gouvernement Kapp nouvellement formé, avec toutes les forces et solidement groupés.

La lutte unifiée doit être menée avec pour objectif:

1.   Conquête du pouvoir politique, par la dictature du prolétariat jusqu'à la victoire du socialisme, sur la base du système de conseils.

2.   Socialisation immédiate des branches d'économie mures pour cette mesure.

Pour atteindre cet objectif, les partis socialistes soussignés appellent tous les ouvriers, fonctionnaires et employés à se mettre en grève en bloc, le lundi 15 mars. Les cheminots sont appelés à refuser tout transport de troupes et de munitions. Le transport de vivres doit être maintenu, en exerçant un contrôle.

En avant pour la lutte contre la révolution!

Vive la victoire du prolétariat!

[Citation dans l'original ]

Il se trouvait qu'un représentant de la direction du district Essen du KPD était présent durant la discussion précédant l'adoption du texte. Il était intervenu pour expliquer qu'il était inadmissible de laisser le SPD s'associer à un appel en faveur de la dictature du prolétariat, sachant que ce parti s'employait surtout à agir en sens contraire. Étant donné que l'appel est néanmoins adopté y compris au nom du SPD et qu'il est diffusé largement, la direction du district Rheinland-Westfalen ‑ dont Elberfeld fait partie ‑ du KPD publie un tract affirmant sa propre position[90]:

Travailleurs, prolétaires!

Les Lüttwitzer ont infligé à leurs laquais, les Noske, Ebert, Bauer, le coup de pied mérité depuis longtemps.

Ce que ceux qui font semblant d'être socialistes ont préparé, la réaction, cela les militaristes, junker et capitalistes le poursuivent pour leur propre compte.

Comme on pouvait s'y attendre, les Scheidemann se ravisent subitement pour ressortir des revendications révolutionnaires. Maintenant ils veulent même prendre fait et cause pour la dictature du prolétariat. Le même jeu comme en novembre 1918 et durant les premiers mois de révolution. À l'époque ils promettaient la socialisation, promettaient l'instauration de conseils d'entreprise. Les travailleurs se fiaient aux promesses. Ils ont été trahis, comme jamais encore n'ont été trahis ceux appartenant aux classes exploités par leurs propres hommes de confiance. Et encore une fois les Noske, Ebert et leurs satellites tentent de duper le prolétariat. C'est pour cela qu'ils promettent tout. Dès que les masses se fient à eux, les suivent, ils referont de nouveau la paix avec la bourgeoisie contre le prolétariat révolutionnaire.

Travailleurs, paysans, on vous met en garde! Envoyez enfin au diable les traitres au socialisme!

Le KPD appelle le prolétariat à la lutte contre la société bourgeoise, contre la dictature capitaliste, contre le socialisme d'apparence, pour la dictature du prolétariat, pour des conseils d'entreprise révolutionnaires, pour des conseils d'ouvriers révolutionnaires, pour le communisme, pour la révolution mondiale!

Dans les conseils devront intégrés seulement des travailleurs dont l'attitude révolutionnaire est hors de doute (communistes et indépendants de gauche).

Pour ces revendications les travailleurs se mettent en grève général, le lundi 15 mars.

La direction de district du KPD (Rheinland-Westfalen de même qu'aussi le sous-district Remscheid-Barmen-Elberfeld) refuse toute communauté avec le parti Ebert-Noske. Nous appelons le prolétariat à engager la lutte pour les revendications et consignes ci-dessus contre toute réaction, pour la dictature du prolétariat.

Le Parti communiste (Ligue Spartakus)

[Citation dans l'original ]

En tout cas, les organisations du KPD agissent activement pour réaliser effectivement la constitution de conseils d'ouvriers. À Chemnitz le 13 mars, est constitué un Comité d'action [Aktionsausschuß] provisoire comprenant l'USPD, le KPD ainsi que quelques membres du SPD. Il est présidé par Alfred Fellisch (SPD), H. Brandler (KPD) et Arno Bruchardt (USPD). Voici la déclaration constitutive[91]:

Un comité d'action, formé des trois partis social-démocrates, communistes et indépendants, a pris le pouvoir politique et exécutif dans le secteur de la ville de Chemnitz et environs. Toute autre autorité est subordonnée à ce comité d'action et doit suivre inconditionnellement ses dispositions. Le secours technique [Technische Nothilfe] et le conseil de citoyens [Bürgerrat] sont déclarés dissous. La garde civile [Einwohnerwehr] a été transformée en une garde ouvrière [Arbeiterwehr].

Celle-ci constitue l'organe de l'ordre public, et ses mesures doivent être suivies inconditionnellement. Toutes les personnes qui possèdent des armes à feu, doivent remettre celles-ci au plus tard le lundi 15 mars à midi 12 heures au commissariat de la garde ouvrière, Stiftsttrasse 9. Une peine sévère frappera ceux qui après cette échéance seront encore trouvés possédant des armes à feu.

Nous mettons en garde devant des pillages. Des pilleurs pris en flagrant délit seront fusillés sur place. Le lundi dans la matinée les travailleurs se réunissent dans les entreprises, pour procéder à l'élection d'un nouvel organisme qui sera chargé du pouvoir intégral. Dans les entreprises n'auront lieu que les élections, le travail cesse jusqu'à nouvel ordre de la part du comité d'action. Dans des entreprises vitales et dans toutes les fonctions de l'approvisionnement en vivres le travail doit continuer. Cependant, là où le travail continue sur la base de cette disposition, cela doit être signalé immédiatement au comité d'action. En cas de doute, doit être recueilli au préalable la décision du comité d'action.

[...]

[Citation dans l'original ]

Une assemblée des conseils élus selon les modalités indiquées, réunissant environ 1500 ouvriers, élit un Conseil exécutif [Vollzugsrat][92]. Au cours de l'assemblée plénière des hommes de confiance, les résultats du vote sont les suivants: pour la liste du KPD 691 voix, SPD 603, USPD 100 et DDP 94. Ainsi le Conseil exécutif se compose de 10 communistes, 9 social-démocrates, 1 membre de l'USPD et 1 du DDP. Le Conseil exécutif joue également le rôle de direction de grève ainsi que de direction militaire et forme des commissions pour les questions d'économie, de transport, de contrôle d'approvisionnement en vivres, contrôle de la police, et de la liaison avec d'autres villages. Dans de nombreuses villes sont formés des Conseils exécutifs, principalement par le KPD et l'USPD.

Le 14 mars, O. v. Watter, dont le corps-franc s'était rangé clairement du côté des putschistes, donne aux unités qu'il commande l'ordre d'entrer dans les centres de la région de la Ruhr et celle de Remscheid-Solingen-Wuppertal (Bergisches Land). Le 15 mars, se produit une manifestation à Dresde, dans le cadre de l'appel à la grève générale. Le général Alfred Müller, adjoint du major général G. Maercker, ordonne la répression contre les manifestants; il y a 59 morts et plus de 200 blessés. Cette attaque est couverte par le premier ministre de Saxe, Georg Gradnauer (SPD). Le 16, le gouvernement du Reich confère à A. Müller le commandement des troupes en Saxe. Il décrète la transformation de l'état de siège en vigueur selon des dispositions régionales, en état d'exception sur la base de la constitution du Reich.

Dès le 15 mars, la grève générale est massivement suivie partout dans le pays. Des actions armées se développent dans la région de la Ruhr, des parties d'Allemagne centrale, en particulier Saxe et Thüringen, des parties de Poméranie et Mecklenburg et partiellement en Brandenbourg et Silésie. En Prusse de l'Est, en Allemagne du Nord et du Sud, la situation est relativement calme à l'exception de quelques affrontements à Berlin, Kiel, Harburg, Francfort et quelques autres localités[93]. En Saxe les actions se concentrent en Chemnitz et Leipzig ainsi que la région des mines de charbon à Borna.

Dans la Ruhr se constitue un ensemble d'unités militaires appelé communément l'Armée rouge de la Ruhr [Rote Ruhrarmee] formée de plus de 80 000 combattants (jusqu'à 120 000 selon certaines estimations), membres du SPD, du USPD et du KPD, ainsi que des syndicalistes. [Chronologie ] Selon des estimations de l'époque, l'appartenance politique des membres de cette armée se répartit comme suit: USPD 58,4 %, KPD 30, 9 %, SPD 10, 7 %[94]. Après environ une semaine de combats le l'Armée rouge avait libéré des unités militaires putschistes l'ensemble du territoire entre, au sud, la tête de pont de la rive droite du Rhin occupée par la Grande Bretagne (qui s'étendait jusqu'à Solingen) et, au nord, la Lippe[95].

Le 17 mars les putschistes capitulent à Berlin. L'avortement de la conjuration à Berlin empêche qu'elle prenne en province de grandes proportions. Sauf en Bavière, où le coup d'État aboutit, le 15 mars, au renversement du ministère J. Hoffmann. Sous le manteau de la légalité, l'assemblée régionale y charge Gustav von Kahr, représentant le BVP, de former un gouvernement, qui sera soutenu par les partis de droite.

Le putsch Lüttwitz-Kapp entraine aussi des dissensions au sein du SPD. La démission de G. Noske et du ministre de l'Intérieur prussien Wolfgang Heine fait partie des exigences formulées par les syndicats comme préalable à l'arrêt de la grève générale. O. Wels et Ph. Scheidemann notamment, appuient cette demande au sein du SPD. F. Ebert se bat avec acharnement en faveur de Noske, allant jusqu'à menacer d'abandonner sa fonction de président[96]. Noske est néanmoins contraint de démissionner (de même que Heine). Le SPD ne le représentera plus aux élections. Les évènements montreront cependant qu'il y a d'autres dans les rangs du SPD pour poursuivre sa besogne, en particulier C. Severing, Commissaire du Reich et du Land [Reichs- und Staatskommissar] pour la région de la Ruhr depuis avril 1919. Il occupera le poste de Ministre de l'Intérieur de Prusse à partir du 29 mars, et ceci à l'exception d'une courte interruption (d'avril en novembre 1921) jusqu'au coup d'État effectué par Franz von Papen en juillet 1932. Severing nommera d'ailleurs Noske Président de Hanovre, fonction que celui-ci gardera jusqu'en 1933. [Chronologie ]

Le gouvernement sous le chancelier O. Bauer appelle à terminer les grèves et les combats. Le 18 mars, l'ADGB publie un programme en 9 points fixant les conditions devant être satisfaites pour un arrêt de la grève générale. [Chronologie ] Par ce texte, les syndicats de l'ADGB, l'Afa-Bund et l'Union allemande de fonctionnaires (DBB) exigent entre autre la socialisation des mines et du secteur de l'énergie, l'expropriation des grands propriétaires fonciers, le désarmement et la punition de tous les participants au putsch, une démocratisation énergique des administrations et services publics, avant tout leur épuration de tous les réactionnaires; le gouvernement devrait désormais être formé en concertation avec les organisations ouvrières. Dans une déclaration en 8 points, le gouvernement donne dans un premier temps son accord. L'ADGB considère alors que ses exigences étaient satisfaites et le 20 mars il annonce la fin de la grève générale.

En ce qui concerne Chemnitz, la façon dont s'achève la grève générale est résumé par la résolution suivante[97]:

Les conseils d'ouvriers de Saxe et de localités limitrophes de Bavière et Thüringen, réunis le 18 mars 1920 [...] à Chemnitz, ont approuvé en bloc les revendications suivantes:

1. Désarmement immédiat et suppression de la Reichswehr, de la garde de sécurité [Sicherheitswehr], de la garde civile [Einwohnerwehr] et des unités de volontaires temporaires [Zeitfreiwillige]. L'armement du prolétariat doit être mis en route. Comme premier pas en ce sens doit être mis en oeuvre la constitution d'une garde ouvrière sous contrôle des conseils d'ouvriers.

2. Les travailleurs en ville et à la campagne, les employés, les hommes et femmes au travail se rassemblent immédiatement dans toutes les fabriques, ateliers, mines et bureaux et élisent des conseils d'entreprise révolutionnaires. Les conseils d'entreprises se regroupent pour former des conseils de localité et de district. Les conseils de district à leur tour doivent être regroupés pour forme un congrès central de conseils. Les conseils d'ouvriers élus dans les entreprises et les ateliers se regroupent pour former des assemblées plénières. L'assemblée plénière du conseil d'ouvriers doit prendre position au sujet de toutes les questions importantes. Elle élit un conseil exécutif et charge celui-ci de mettre en oeuvre toutes les décisions et de diriger des actions nécessaires. Les conseils d'entreprise nouvellement élus exercent le contrôle sur la production. Ils ont le droit de procéder à l'embauche et au licenciement de travailleurs.

4. Tous les détenus et prisonniers politiques se trouvant dans des prisons allemands doivent être libérés immédiatement.

5. [sic] Toutes les mesures des conseils d'ouvriers depuis le soulèvement des Kapp-Lüttwitz sont des mesures de défense contre les soulèvements de la contrerévolution. Des sanctions contre des travailleurs et fonctionnaires, des poursuites et condamnation de droit civil de nature quelconque pour ce motif ne doivent pas avoir lieu. Là où malgré tout des tentatives en ce sens sont entreprises, la tâche revient au conseil d'ouvriers de mettre un terme à de telles tentatives, par tous les moyens à disposition.

6. La grève générale était une mesure de défense nécessaire contre le soulèvement de la contrerévolution. La perte de salaire occasionnée de ce fait doit être compensée par les employeurs pour tous les travailleurs. Pour des employeurs refusant de payer les jours de grève, sera bloqué l'approvisionnement en matières premières et moyens de production de toute sorte. Dans leurs entreprises la grève sera poursuivie jusqu'à ce qu'ils se déclarent prêts à payer les jours de grève.

[Citation dans l'original ]

Le KPD tente de pousser à la poursuite de la grève générale. Un appel en ce sens adopté par la Centrale est diffusé le 18 mars[98]:

Travailleurs! Employés! Les Kapp-Lüttwitz se sont brouillés entre eux. La dictature à l'état brut des généraux a été instaurée. Le colonel Bauer, la main droite de Ludendorff, est passé ouvertement du côté de Lüttwitz. Les généraux prétendent qu'ils se soient entendus avec Ebert-Noske. Ebert-Noske nient cela. Ne vous fiez à aucun des deux! Ne vous fiez qu'à vous-mêmes! La grève générale doit être poursuivie avec une force accrue!

Les objectifs et mesures immédiats sont:

Armement des travailleurs! C'est-à-dire distribution d'armes par la direction de grève à tous les travailleurs organisés. Regroupement des travailleurs armés pour former des gardes ouvriers.

Mise hors d'état de nuire des officiers contrerévolutionnaires.

Pas de retour du gouvernement Ebert-Noske.

Élection de conseils d'ouvriers pour la direction unifiée de la lutte. Réunissez-vous immédiatement par entreprise!

Seulement ainsi vous assurez votre protection contre toute dictature de vos ennemis.

[Citation dans l'original ]

Et le 20 mars, un autre appel adopté par la Centrale a pour sujet essentiel la formation de conseils d'ouvriers[99]:

L'objectif actuel du Parti communiste

Le putsch militaire signifie l'effondrement de la coalition bourgeois-socialiste. Le développement politique ultérieur va vers la dictature prolétarienne, qui a été reconnu comme une nécessité par le Parti communiste, qui prône cette idée parmi les masses. Or cela ne signifie pas que nous voulons la dictature d'une minorité sur la majorité des travailleurs! Le Parti communiste a toujours refuse une dictature des conseils qui serait une dictature d'une minorité du prolétariat, elle refuse cette idée aussi maintenant et pour tout l'avenir.

La dictature des conseils ne peut être portée que par la volonté de la majorité prédominante des travailleurs. Cette volonté trouve son expression dans les conseils d'ouvriers. En aucun cas le Parti communiste entreprendra la tentative d'imposer la dictature par la force contre la volonté de la majorité au sein du conseil d'ouvriers. Il déclare d'emblée qu'il se pliera à la volonté du conseil d'ouvriers, tout en réservant le droit revenant à tout parti d'oeuvrer de toutes ses forces au sein des conseils et parmi la classe ouvrière en faveur de ses idéaux.

Ce que cependant il exige urgemment, c'est l'instauration de conseils d'ouvriers comme seule organisme autorisé pouvant agir au nom des travailleurs dans leur ensemble. Depuis le début nous avons mené la lutte contre la dictature militaire et le gouvernement Ebert-Noske avec pour objectif d'obtenir la mise en place d'un organe politique de l'ensemble des travailleurs sous la forme des conseils d'ouvriers. L'affrontement armé a commencé déjà, les conseils d'ouvriers doivent conduire les affrontements armés jusqu'à la victoire politique des travailleurs.

[Citation dans l'original ]

Les affrontements armés se poursuivent. Le jour même, des unités de l'Armée rouge de la Ruhr vainquent le corps-franc Lichtschlag et occupent Dortmund. Le 20 mars à Essen est constitué un Conseil central des conseils d'ouvriers [Zentralrat der Arbeiterräte], lesquels dans certaines parties de la région de la Ruhr ont pris le pouvoir. Du 18 au 21 mars des troupes d'ouvriers prennent Remscheid, Essen, Düsseldorf, Mülheim, Duisburg, Hamborn, Dinslaken et repoussent les forces gouvernementales en aval du Rhin jusqu'à Wesel[100]. À l'Est, ils avancent jusqu'à Hamm, Ahlen, Beckum[101].

Le 20 mars les trois partis SPD, USPD et KPD de la région de la Ruhr adressent au président F. Ebert une mise en garde[102]: "Nous demandons la cessation immédiate des mouvements de troupes, car autrement, à titre de légitime défense, nous serions contraints de passer à l'attaque, afin d'empêcher que des corps de troupes réactionnaires concentrées dans la région industrielle sème la terreur blanche."

Le 22 mars, le SPD et l'USPD se rallient à la déclaration de l'ADGB concernant la fin de la grève générale. Le gouvernement social-démocrate, remanié, cherche alors à entamer des négociations avec les insurgés du Ruhr. Le 23 mars s'ouvrent à Bielefeld des négociations entre C. Severing et 150 représentants d'administrations et partis. [Chronologie ] Les dirigeants militaires de l'Armée rouge de la Ruhr ne sont pas invités, et les représentants des partis viennent uniquement de la région Remscheid-Solingen-Wuppertal (Bergisches Land). Un accord est conclu, qui prévoit le désarmement des ouvriers insurgés ainsi que le désarmement et la punition des putschistes. Aux insurgés est assurée l'impunité. Des mesures de socialisation sont décidées et aux syndicats est accordée une influence sur la redéfinition des lois d'économie et de politique sociale. Un certain nombre d'insurgés déposent alors les armes, d'autres poursuivent le combat. L'armée gouvernementale renforce ses unités militaires, notamment en y associant des troupes de corps-francs ayant participé au putsch. Le gouvernement place les unités de la zone neutre du Ruhr sous le commandement du général O. v. Watter. En outre plusieurs corps-francs sont dirigés vers la Ruhr, notamment le corps-franc de Kurt-Jürgen von Lützow et la brigade de Franz Xaver von Epp comprenant le corps-francs Oberland et celui de Georg von Oven[103].

L'accord est signé le 24 mars à Bielefeld, par deux ministres social-démocrates ainsi que des représentants du SPD, de l'USPD et du KPD. Ainsi le centre de direction de l'Armée rouge qui s'était constitué à Hagen, lequel est dominé par l'USPD, se soumet aux dispositions de ce texte. Étant donné qu'à Bielefeld les dirigeants politiques et militaires de l'ouest de la région de la Ruhr n'avait pas été représentés, qu'ils sont insuffisamment informés et qu'en outre en majorité jugent l'accord insuffisant, est créé le 25 mars à Essen, au cours d'une session des représentants des comités d'action [Aktionsausschüsse] venant d'environ 70 localités, un Conseil central [Zentralrat] en tant qu'organe politique dirigeant. Les communistes avec des militants de l'aile gauche de l'USPD constituent une large majorité à cette conférence. Après discussion, la direction militaire qui avait pour centre Mülheim se soumet à cet organe de direction. Il est décidé de proposer au gouvernement la tenue de nouvelles discussions.

Les orientations prises par le KPD sont fluctuantes. La Centrale prend le 21 mars la décision, annoncée publiquement le 26, que, compte tenu de l'influence prépondérante du SPD et de l'USPD au sein des travailleurs et faute d'une puissance militaire suffisante, il se comportera vis-à-vis d'un gouvernement social-démocrate comme "opposition loyale"[104]: "Par opposition loyale nous entendons: pas de préparatifs pour un coup de force, étant évident qu'il doive y avoir liberté à d'agitation politique pour le Parti en faveur de ses objectifs et consignes." [Citation dans l'original ] Le 26 mars W. Pieck, en tant que délégué de la Centrale à une conférence de tous les conseils exécutifs [Vollzugsräte] à Hagen, conseille "encore et encore la modération"[105]. [Citation dans l'original ] Dans le même sens P. Levi intervient à une Assemblée plénière des conseils exécutifs à Essen[106]. Au sujet de l'Armée rouge constituée à partir de mi-mars autour de Max Hoelz dans la région industrielle de l'Allemagne centrale, le Vogtland, la direction de Chemnitz du KPD sous H. Brandler suit aussi cette attitude en argumentant que cela n'a pas de sens "d'organiser en Vogtland une Armée rouge" alors que se déroule "dans le reste de l'Allemagne l'étranglement des mineurs de la Ruhr sans résistance sérieuse"[107]. [Citation dans l'original ] (De Hoelz, il sera encore question plus loin, en rapport avec les évènements de mars 1921 en Allemagne du centre.)

Le 27 mars est formé un gouvernement de coalition SPD, DDP et Zentrum sous H. Müller (SPD). Le 28, ce gouvernement pose un ultimatum aux insurgés de la région de la Ruhr [Chronologie ]: "Reconnaissance inconditionnelle de l'autorité constitutionnelle de l'état. [...] Dissolution immédiate de l'Armée rouge. Désarmement complet de l'ensemble de la population y compris des gardes civiles sous contrôle des organes d'état légitimes." Des échéances intenables sont fixées pour la dissolution de l'Armée rouge. Dès le 1er avril l'armée gouvernementale commence son avancée, malgré le fait qu'un accord avait été conclu prévoyant une trêve jusqu'au 2 avril. [Chronologie ] À l'expiration de l'ultimatum, les unités gouvernementales entrent dans la région de la Ruhr. Des affrontements ont encore lieu jusqu'au 6 avril. Ce même jour, à titre de réaction au déploiement de l'armée, des troupes françaises occupent entre autre Francfort sur le Main, Darmstadt, Hanau. Le 8 avril, les troupes gouvernementales contrôlent la majeure partie de la région. Dans l'ensemble, environ 1000 membres de l'Armée rouge et des Conseils d'ouvriers furent assassinés ou tués au combat.

En dehors de la région de la Ruhr il y avait d'autres régions touchées par les affrontements [Chronologie      ]. C'est le cas de Chemnitz (Saxe); une forte résistance des ouvriers de l'industrie s'était développée en Poméranie, notamment à Stettin, et en Schwerin, notamment à Rostock. En Poméranie, les travailleurs ruraux s'étaient aussi fortement mobilisés.

En rapport avec l'échec du putsch de Kapp, des mandats d'arrêt sont lancés, entre autre contre le général W. v. Lüttwitz, qui se réfugie en Hongrie. G. Maercker ainsi que Burghard von Oven[108] sont mis à la retraite, pour ne pas s'être clairement démarqués des putschistes. Le général-major E. Ludendorff a fui Berlin et trouvé refuge à Munich. Le Hauptmann W. Pabst se réfugie en Autriche. Le chef de la Brigade de la Marine II, H. Ehrhardt fait de même; il reviendra par la suite en Bavière. Le 31 mai est prononcé la dissolution générale de tous les corps-francs.

Le 28 mai, à Berlin l'état d'exception instauré le 13 janvier est levé. Le 12 juin, dans la région de la Ruhr l'état d'exception instauré le 15 mars est levé.

Le 6 juin 1920 ont lieu les élections à la première Assemblée nationale. Les partis de droite triomphent. Le gouvernement H. Müller démissionne le 8 juin. Dans la mesure où le SPD est encore le parti le plus fort, il lui incombe en principe de former le nouveau gouvernement. Or sa direction n'a pas l'intention de le faire, jugeant que cela mettrait le parti dans une situation trop inconfortable. Cependant, afin de ne pas être contraint de montrer ouvertement son refus de la responsabilité, il imagine la manoeuvre suivante: le président F. Ebert chargera officiellement Müller de la formation du gouvernement; celui-ci demandera à l'USPD d'y participer, précisément parce qu'on est sûr d'une réponse négative de sa part. De cette manière on veut arriver à ce qu'Ebert ait les mains libres pour une offre aux partis de droite en vue de la formation du gouvernement. On procède en suivant la voie ainsi tracée. Le 25 juin Konstantin Fehrenbach, dirigeant du Zentrum, forme le gouvernement. Y appartiennent outre des représentants du DDP pour la première fois aussi trois représentants du DVP, le principal parti de la grande bourgeoisie. Le lieutenant-général W. Groener devient ministre des transports. Le SPD ne participe pas au gouvernement. Otto Geßler (DDP) qui était ministre de la défense dans le gouvernement précédent, est reconduit dans ses fonctions. Il les gardera dans tous les gouvernements jusqu'en janvier 1928.

Concernant la question de la formation de conseils d'ouvriers, que le KPD a tenté d'impulser avec insistance durant les luttes contre le putsch Lüttwitz-Kapp, il faut souligner que le SPD oeuvre dans le sens opposé. Du 5 au 7 octobre 1920 se tient le premier congrès des conseils d'entreprises sous la direction de l'ADGB à Berlin, dans le cadre de la loi en la matière, en vigueur depuis le 4 février[109]. La majorité des participants se prononce en faveur de la subordination des conseils d'entreprises aux syndicats et rejette la revendication du KPD en vue de la consolidation des conseils d'entreprises en tant qu'organisations de lutte autonomes.

L'offensive de mars 1921

La situation est loin d'être réglée, notamment dans la grande région industrielle du centre d'Allemagne, comprenant Merseburg, Halle, Leuna et la zone dite Mansfelder Land[110]. Des branches industrielles importantes y sont présentes, la chimie, la métallurgie, les mines. La résistance de la classe ouvrière, en 1919‑1920, n'avait pas été vaincue et les communistes occupent des positions particulièrement fortes.

À partir de début 1921, le président de Saxe, Otto Hörsing (SPD), est chargé par le gouvernement du Reich à conduire des entretiens secrets avec les mandataires des pouvoirs publics du district de Merseburg ainsi que des représentants des unions industrielles et agricoles concernées[111]. À Merseburg, une conférence réunit des élus locaux, le maire, des dirigeants de la police de sécurité, les directeurs de l'usine de Leuna, des mines de cuivre autour de Mansfeld, des mines de lignite et des propriétaires terriens de la région, et il est décidé d'entreprendre contre la région industrielle de l'Allemagne du centre une action de police pour rétablir l'autorité de l'État. Le 16 mars Hörsing, en accord avec le ministre de l'Intérieur de Prusse C. Severing, annonce l'intervention, dans les prochains jours, des unités de la police de sécurité dans les localités industrielles du district Merseburg. L'intervention débute le 19.

Le 21 mars, l'organisation du KPD pour Halle-Merseburg (Saxe-Anhalt) lance un appel à la grève générale; le lendemain la grève s'étend sur l'ensemble de la région minière de Mansfeld-Eisleben (Saxe-Anhalt). Le 24 mars, le président F. Ebert instaure l'état d'exception pour Saxe et aussi dans Grand-Hambourg (y compris les localités faisant partie de Prusse) et fait intervenir les troupes venant du Rheinland qui l'année précédent avaient combattu l'Armée rouge de la Ruhr. Le KPD appelle à la grève générale au niveau nationale. Dans la région industrielle de l'Allemagne du centre, les combats s'accentuent et s'étendent. Fin mars les troupes gouvernementales cependant remportent la victoire, la grève générale et les actions armées prennent fin. Ce mouvement a entrainé la mort de plus de 150 travailleurs, environ 6 000 sont arrêtés, dont 4 000 seront condamnés à de peines de prison.

Parmi les personnages abondamment commentés en rapport avec ces évènements figure Max Hoelz[112]. Le 22 mars, il intervient dans une assemblée des mineurs d'Eisleben; il prend l'initiative de lancer des actions militaires en formant des unités ouvrières armées. Des ouvriers venant d'autres régions s'y joignent. Dans les premiers affrontements ces groupes disposent d'une force supérieure par rapport à la police. En particulier, des ouvriers insurgés occupent le terrain de l'usine Leuna. Ici, le 23 mars est lancé l'appel à la grève générale concernant cette entreprise. La majorité des environ 20 000 travailleurs suit la grève; cependant seulement environ 2000 grévistes dirigés par Bernhard Koenen restent dans l'usine. Le 29 mars, ils sont expulsés des lieux. Selon des chiffres officiels, 31 ouvriers sont tués. Le 1er avril la dernière unité conduite par M. Hoelz est défaite dans les environs de Beesenstedt.

M. Hoelz était entré à l'USPD en novembre 1918, puis en janvier 1919 au KPD et en février il avait constitué un groupe local du KPD à Falkenstein, dans la région du Vogtland[113]. En avril il devint président du conseil de chômeurs de Falkenstein. Par la suite il était contraint d'agir dans la clandestinité. Il quitta temporairement la région et travaillait pour le KPD en Allemagne du centre et Bavière. Lorsque le 13 mars 1920 est perpétré le putsch Lüttwitz-Kapp, Hoelz se rend à Oelsnitz et se met en rapport avec le groupe local du KPD à Falkenstein. Cette localité, comme d'autres, se trouve investie depuis début février par l'armée gouvernementale. Hoelz organise avec d'autres une action militaire, et réussit à occuper Auerbach-Mühlgrün. Il participe à la constitution d'un comité d'action à Falkenstein, et par la suite agit en coordination avec le comité d'action d'Oelsnitz.

Lorsque le 23 mars 1920 la Centrale du KPD diffuse la consigne de cesser le combat armé, M. Hoelz refuse de suivre. Le 4 avril des représentants de la direction du KPD pour le district Erzgebirge-Vogtland demandent directement à Hoelz de mettre en oeuvre une retraite organisée de ses unités. Le 6, le congrès de district du Parti exclut Hoelz du parti pour violation de la discipline de parti.

Voici le texte de la résolution[114]:

La conférence du KPD du district Erzgebirge-Vogtland rejette le communisme primitif, qui se présente en Vogtland sous la direction de Hoelz, comme étant d'un type dépassé, qui ne correspond pas aux rapports de pouvoir actuels du capitalisme. Le trait caractéristique du communisme n'est pas, comme le déclare un appel d'Oelsnitz, de prendre là où il y a quelque chose pour le mettre là où il n'y a rien. Le communisme est le travail d'avant-garde pour rassembler l'ensemble de classe ouvrière avec un objectif clair, pour réveiller dans l'ensemble de la classe ouvrière la force révolutionnaire pour la réalisation du communisme, pour la transformation de l'ordre social, pour le transfert de la propriété des moyens de production vers la propriété de la société toute entière.

Les actes de Hoelz ne sont pas la conséquence d'une grande force révolutionnaire du prolétariat de Vogtland et de l'Erzgebirge, mais au contraire, un signe de l'impuissance révolutionnaire. Le prolétariat du Erzgebirge n'agit pas révolutionnairement en tant que masse, mais sympathise seulement avec Hoelz parce qu'il espère que Hoelz avec sa centaine et demi de camarades prêts à affronter la mort fasse la révolution pour eux. C'est une illusion dangereuse qui fatalement entravera le développement vers la clarté communiste, si nous n'agissons pas pour la contenir. Les actions de Hoelz, aussi courageux que soit leur esprit de sacrifice, ne peuvent pallier à cette absence de force de la part de la masse du prolétariat en Vogtland et en Erzgebirge. Au contraire. Parce que les actions de Hoelz ne correspondent pas à la force réelle de la masse des travailleurs (seulement au souhait respectif) et parce que la situation révolutionnaire d'ensemble e l'Allemagne ne se trouve pas dans une ascension victorieuse mais s'est atténuée à cause de la traitrise de l'abandon de la lutte avant qu'elle ne puisse changer les rapports de pouvoir anciens, parce qu'il en est ainsi tout ce que Hoelz fait est incapable de servir à la consolidation du pouvoir révolutionnaire de la classe ouvrière. Cela n'a pas de sens d'organiser une armée rouge en Vogtland, tandis que pendant ce temps dans le reste de l'Allemagne s'effectue l'étranglement des mineurs de la Ruhr sans une riposte sérieuse.

C'est le premier devoir de toute intervention politique, de mettre en cohérence mutuelle les actions du prolétariat; nous en Erzgebirge ne pouvons pas au moment actuel passer à l'assaut isolément, mais nous devons affermir notre position jusqu'à ce que les travailleurs dans le reste du Reich nous auront rejoint.

Bien que nous combattrons de la façon la plus résolu la campagne de dénigrement contre Hoelz de la part du gouvernement de Saxe et de toute la réaction, nous déclarons ici publiquement que nous rejetons les actions de Hoelz supposées remplacer les actions de la masse des travailleurs. Par ses actions confuses, Hoelz avec ses gens se place en dehors du Parti, puisque le Parti ne peut vivre que si les consignes du Parti dans son ensemble sont mises en oeuvre.

[Citation dans l'original ]

Suite à la retraite d'avril 1920, M. Hoelz reste dans la clandestinité. Durant l'automne 1920 il se rapproche du KAPD, sans en devenir membre. Puis, à l'issue des combats de mars 1921, il sera arrêté le 15 avril et condamné à prison à vie. Le KPD, malgré les divergences s'engage dans sa défense. Au 3e congrès de l'Internationale communiste, le délégué du KAPD J. Appel prétend que Hoelz soit membre de son organisation. Quoi qu'il en soit, celui-ci par la suite déclare son attachement KPD. En 1924, toujours en prison, il sera présenté comme candidat du KPD aux élections à l'Assemblée nationale. En juillet 1928 il sera libéré.

Clivages politiques au KPD

Une première prise de position du bureau restreint du Comité exécutif de l'Internationale communiste, concernant l'action déclenchée en mars en réaction à l'intervention répressive en Allemagne du centre est publiée le 6 avril 1921[115]. Le texte défend l'action dans son principe et impute son échec à la trahison des dirigeants social-démocrates.

Les Thèses du Bureau Central [Zentralbüro] du KPD au sujet de l'action, adoptées au cours de la session du la Conseil Central [Zentralrat] du Parti des 7 et 8 avril par 26 voix contre 14, se basent sur cette déclaration[116]. Auparavant une résolution soumise par C. Zetkin condamnant la position du Bureau Central, avait été rejetée par 43 voix contre 6 et 3 abstentions.

Le 12 avril parait un pamphlet rédigé par P. Levi les 3‑4, intitulé "Notre voie. Contre le putschisme." ["Unser Weg. Wider den Putschismus"] condamnant la politique du Parti[117]. Le 15, par une décision du Comité central, Levi est exclu du KPD pour violation grave de la discipline du Parti; la Commission centrale [Zentralausschuß] confirme la décision par un vote comptant 36 voix pour et 7 contre[118].

Le 19 avril, H. Brandler est arrêté dans le cadre de la répression suite aux évènements de mars[119]. Il réussira à s'évader à la fin de l'année et se rendra en Russie. Suite à l'amnistie décrétée le 21 juillet 1922 au sujet des actes de haute trahison commis entre le 4 aout 1920 et le 31 décembre 1921 [Chronologie ], il reviendra en Allemagne, et reprendre ses fonctions au sein de la direction du KPD.

Dans une session plénière du Comité exécutif de l'Internationale communiste tenue le 29 avril, il est décidé de mettre à l'ordre du jour du 3e Congrès de l'IC, prévu pour juin (cf. plus loin), la question des "divergences tactiques dans la question de l'action de mars"[120]. [Citation dans l'original ] Cette session confirme l'exclusion de P. Levi du Parti, laquelle sera ratifiée également par le Congrès de l'IC. À une session tenue du 3 au 5 mai, la Commission centrale [Zentralausschuß] du KPD confirme par 36 voix contre 7 l'exclusion de Levi et approuve par 31 voix contre 8 une résolution retirant la confiance à O. Braß, E. Däumig, Paul Eckert, C. Geyer, A. Hoffmann, Heinrich Malzahn, Paul Neumann, C. Zetkin, au motif de manifestations répétées de solidarité avec Levi après son exclusion[121]. Geyer, M. Sievers et P. Wegmann sont exclus du Bureau central et remplacés par H. Eberlein, J. Walcher et Emil Höllein.

Du 21 juin au 12 juillet 1921 se tient le 3e congrès de l'Internationale communiste, à Moscou[122]. Y participent 605 délégués de 57 pays. E. Thälmann fait partie de la délégation du KPD. Y participent également des délégués du KAPD, sans droit de vote. Le nouveau Comité exécutif est composé des 29 membres avec voix délibérative suivants. E. Arnold (Suisse), Baldwin (pseudonyme d'Oscar Tywerousky ou Tyverovsky) (Amérique), Th. Bell (Grande Bretagne), Bodulescu (Roumanie), N. Boukharine (Russie soviétique), E. Burian (Tchécoslovaquie), A. Choumsky (Ukraine), P. Frölich (Allemagne), P. Glinski (pseudonyme de Stefan Królikowski) (Pologne), F. Heckert (Allemagne), Jansen (né Jan Proost) (Pays-Bas), K. Kilbom (Suède), F. Koritschoner (Autriche); K. Kreibich (Tchécoslovaquie), V. I. Lénine (Russie soviétique), S. Marković (Yougoslavie), R. Merino Gracia (Espagne), D. Popov (Bulgarie), K. Radek (Russie soviétique), O. Scheflo (Norvège), Y. Sirola (Finlande), B. Souvarine (France), P. Stučka (nom russe Stuchka) (Lettonie), U. Terracini (Italie), L. Trotsky (Russie soviétique), W. Van Overstraeten (Belgique), G. Zinoviev (Russie soviétique); pour le Comité exécutif de l'Internationale des Jeunes: W. Münzenberg, J. Lékai. À cela s'ajoutent 27 membres avec voix consultative. Le Comité exécutif élit, après le congrès, un bureau (renommé en aout en présidium), composé de: G. Zinoviev (Russie soviétique) comme président; Boukharine (Russie soviétique), E. Gennari (Italie), Heckert (Allemagne), Jules Humbert-Droz (Suisse), Radek (Russie soviétique), Béla Kun (Hongrie), Souvarine (France), comme membres. En décembre sera instauré le poste de secrétaire général, pour lequel sera élu Otto Kuusinen (Finlande), avec Humbert-Droz et M. Rákosi comme secrétaires.

La délégation du KAPD expose sa position[123]: "À l'unanimité la délégation rejette l'ultimatum en vue de la fusion avec le VKPD. Malgré nos mandats nous ne déclarons pas la sortie du KAPD de la 3e internationale. Nos membres eux-mêmes parleront. Ils donneront leur réponse à la prétention de les faire suivre la voie du réformisme, de l'opportunisme. Le prolétariat international entendra cette réponse." [Citation dans l'original ] Le Comité exécutif de l'IC décide d'adresser au KAPD une lettre ouverte et de demander une réponse quant aux décisions prise à l'égard des exigences ainsi formulées; il décide également de faire assister un représentant du Comité exécutif au congrès à venir du KAPD, et de maintenir en attendant un représentant de ce dernier en son sein avec voix consultative.

Le congrès adopte, le 12 juillet, un texte intitulé "Thèses sur la tactique", lesquelles analysent notamment la question des évènements de mars[124]:

7. Les enseignements de l'action de mars

L’action de mars fut une lutte imposée au Parti Communiste Unifié l’Allemagne par l’attaque du gouvernement contre le prolétariat de l’Allemagne centrale.

Au cours de ce premier grand combat que le Parti Communiste Unifié eut à soutenir après sa formation, il commit une série de fautes dont la principale consista en ce que, au lieu de faire clairement ressortir le caractère défensif de cette lutte, par son cri d’offensive, il fournit aux ennemis sans scrupules du prolétariat, à la bourgeoisie, au parti social-démocrate et au parti indépendant un prétexte pour dénoncer le parti unifié au prolétariat comme un fauteur de putsch. Cette faute fut encore exagérée par un certain nombre de camarades du parti, représentant l’offensive comme la méthode essentielle de lutte du Parti Communiste Unifié d’Allemagne dans la situation actuelle. Les organes officiels du parti, comme son président, le camarade Brandler, se sont déjà élevés contre ces fautes.

Le 3e Congrès de l’Internationale Communiste considère l’action de mars du Parti Communiste Unifié d’Allemagne comme un pas en avant. Le Congrès est d’avis que le Parti Communiste Unifié sera d’autant plus en mesure d’exécuter avec succès ses actions de masses qu’il saura mieux adapter à l’avenir ses mots d’ordre de combat à la situation réelle, qu’il étudiera plus soigneusement cette situation, et qu’il agira avec plus d’unité.

Le Parti Communiste Unifié d’Allemagne, dans l’intérêt d’une appréciation minutieuse des possibilités de lutte devra prendre attentivement en considération les faits et les réflexions et peser soigneusement le bien-fondé des opinions qui indiquent les difficultés de l’action. Mais dès l’instant où une action a été décidée par les autorités du parti, tous les camarades doivent se soumettre aux décisions du parti et exécuter ces actions. La critique de ces actions ne peut commencer qu’après qu’elles soient terminées et elle ne doit être exercée qu’à l’intérieur du parti et de ses organes et en prenant en considération la situation dans laquelle se trouve le parti par rapport à l’ennemi de classe.

Du fait que Lévi a méconnu ces exigences évidentes de la discipline et les conditions posées à la critique du parti, le Congrès approuve son exclusion du parti et considère comme inadmissible toute collaboration politique des membres de l’Internationale Communiste avec lui.

[Citation dans l'original ]

En intervenant au congrès, V. I. Lénine aborde ce même sujet[125]:

Nous ne sommes pas en litige à ce sujet avec le camarade Radek qui a mis au point ces thèses avec nous. Peut-être n'était-il pas tout à fait juste d'entamer en Allemagne des débats sur la théorie de l'offensive révolutionnaire, alors que l'offensive réelle n'avait pas été préparée. Les combats de mars sont quand même un grand pas en avant, malgré les erreurs des dirigeants. Mais cela ne veut rien dire. Des centaines de milliers d'ouvriers ont combattu héroïquement. Malgré la lutte vaillante du Parti communiste ouvrier d'Allemagne contre la bourgeoisie, nous devons dire la même chose que le camarade Radek dans un article russe à propos de Hoelz. Si quelqu'un, fût-il un anarchiste, lutte héroïquement contre la bourgeoisie, c'est évidemment une grande chose, mais si des centaines de milliers de personnes luttent contre une abjecte provocation des social-traitres et la bourgeoisie, c'est un véritable pas en avant.

Il est très important de considérer d'un œil critique ses propres erreurs. C'est par là que nous avons commencé. Si après une lutte à laquelle des centaines de milliers de personnes ont participé, quelqu'un prend position contre cette lutte et agit comme Lévi, il faut l'exclure. C'est ce qui a été fait. Mais nous devons en tirer une leçon: avions-nous préparé l'offensive? (Radek: "Nous n'avions même pas préparé la défense.") En effet, il n'avait été question de l'offensive que dans la presse. Cette théorie, appliquée à l'action déclenchée au mois de mars 1921 en Allemagne, était fausse, nous devons en convenir ; mais de façon générale, la théorie de l'offensive révolutionnaire n'est nullement erronée.

[Citation dans l'original ]

Après le congrès, en aout 1921, Lénine donne des explications au sujet de la position qu'il a prise à l'égard de P. Levii[126]:

Ici, je dois expliquer aux camarades allemands les raisons pour lesquelles j'ai si longtemps défendu Paul Lévy au IIIe Congrès. Premièrement, parce que j'ai fait la connaissance de Lévy par l'intermédiaire de Radek en Suisse en 1915 ou 1916. A ce moment déjà, Lévy était bolchévique. Je ne peux pas m'empêcher de nourrir une certaine méfiance envers ceux qui ne sont venus au bolchévisme qu'après sa victoire en Russie et après une série de victoires dans l'arène internationale. Toutefois, cette raison est relativement de peu d'importance puisqu'après tout je connais fort peu Paul Lévy personnellement. La deuxième raison a été infiniment plus importante: c'est que Lévy a au fond raison sur bien des points dans sa critique de l'action de 1921 en Allemagne (bien entendu, pas quand il prétend que cette action a été un “putsch”: cette affirmation est une ineptie).

Certes, Lévy a fait tout son possible et l'impossible pour affaiblir et pour gâcher sa critique, pour s'empêcher lui-même et les autres de comprendre le fond de l'affaire, en faisant état d'une foule de détails où il a manifestement tort. Lévy a revêtu sa critique d'une forme inadmissible et nuisible. Lui qui préconise une stratégie prudente et réfléchie, s'est montré plus sot que le premier gamin venu en se jetant dans la bataille si prématurément, si précipitamment, si bêtement, si étourdiment, si stupidement qu'il devait à coup sûr perdre la “bataille” (en se gâchant la besogne ou en se la compliquant pour de longues années), bien qu'on ait pu et dû gagner la partie. Lévy s'est comporté comme un “anarchiste intellectuel” (si je ne m'abuse cela s'appelle en allemand Edelanarchist), au lieu d'agir comme un membre organisé de l'Internationale communiste prolétarienne. Il a violé la discipline. Par cette série d'erreurs d'une incroyable sottise, Lévy a empêché de concentrer l'attention sur le fond de la question. Or, le fond de la question, c'est-à-dire l'appréciation et la correction des multiples fautes du Parti communiste unifié d'Allemagne pendant l'action de mars 1921, avait et a une importance énorme. Pour expliquer et corriger ces fautes (que d'aucuns érigeaient en chef-d'œuvre de la tactique marxiste), il fallait figurer dans l'aile droite au IIIe Congrès de l'Internationale communiste. Autrement, la ligne politique de l'Internationale communiste aurait été erronée. J'ai défendu et je devais défendre Lévy, puisque je voyais en face de moi des adversaires de Lévy qui criaient tout simplement au “menchévisme”, au “centrisme”, se refusant à reconnaitre les erreurs de l'action de mars et la nécessité de les expliquer et de les corriger. Ces gens faisaient du marxisme révolutionnaire une caricature et de la lutte contre le “centrisme” un sport ridicule. Ces gens risquaient de causer le plus grand préjudice à toute la cause, puisque "nul au monde n'est à même de compromettre les marxistes révolutionnaires, à moins qu'ils ne se compromettent eux-mêmes".

[Citation dans l'original ]

Ultérieurement, Lénine modifie son appréciation concernant Levi, comme le montrent ces réflexions datant de février 1922[127]:

Je dois avouer une erreur que j'ai commise au III' congrès du Komintern, également par excès de prudence. À ce congrès, je me suis trouvé à l'extrême droite. Je suis convaincu que c'était l'unique position juste, car un groupe nombreux (et “influent”) de délégués, avec à leur tête beaucoup de camarades allemands, hongrois et italiens, adoptaient une position immodérément “de gauche”, et ce gauchisme était une erreur; trop souvent, au lieu de tenir compte sainement d'une situation pas très favorable à l'action révolutionnaire immédiate et directe, ils s'agitaient frénétiquement de petits drapeaux rouges. Par prudence, craignant que ce penchant au gauchisme incontestablement erroné n'imprime une orientation fausse à toute la tactique de l'Internationale communiste, j'ai défendu Lévi de toutes les façons, émettant l'hypothèse qu'il avait perdu la tête (je ne niais pas qu'il eût perdu la tête), peut-être par frayeur excessive des erreurs des gauches, et disant qu'on a connu des cas de communistes ayant perdu et l'ayant ensuite “retrouvée”. Admettant même, devant la pression des “gauches”, que Lévy était un menchévik, j'indiquais que d'admettre cela ne suffisait pas à régler la question. Par exemple, toute l'histoire de quinze années de lutte des menchéviks contre les bolchéviques en Russie (1903-1917) démontre, comme le démontrent les trois révolutions russes, que dans l'ensemble les menchéviks avaient absolument tort, et qu'ils étaient en réalité des agents de la bourgeoisie dans le mouvement ouvrier. C'est un fait incontestable. Mais ce fait incontestable n'empêche que, dans des cas isolés, il est arrivé aux menchéviks d'avoir raison contre les bolchéviques, par exemple, à propos du boycottage de la Douma de Stolypine en 1907.

Depuis le III* congrès de l'Internationale communiste, 8 mois se sont déjà écoulés. Il semble bien que notre débat d'alors avec les “gauches” soit déjà dépassé et tranché par la vie. Il s'est trouvé que j'ai eu tort concernant Lévi, car il a prouvé bel et bien qu'il échoué sur le sentier menchévik ni par hasard, ni pour un temps, ni seulement en “forçant la note” contre l'erreur très dangereuse des “gauches”, mais pour longtemps, solidement et conformément à sa nature même.

[Citation dans l'original ]

Du 22 au 26 aout 1921 se tient à Jena le 7e Congrès du KPD, avec la participation de 274 délégués[128]. Il adopte de nouveaux statuts[129]. Il décide l'omission, dans le nom du Parti, du terme "unifié" ["vereinigte"] pour s'appeler “Parti communiste d'Allemagne (section de l'Internationale communiste)”. À partir de ce moment, les congrès sont parfois comptés en commençant par le congrès d'unification de 1920. Le congrès approuve la position formulée par le 3e Congrès de l'Internationale communiste au sujet des évènements de mars[130]. La Centrale élue est composée de: P. Böttcher, Bertha Braunthal, H. Eberlein, F. Heckert, Edwin Hoernle, E. Meyer, W. Pieck, H. Remmele, E. Reuter (Friesland), Felix Schmidt, A. Thalheimer, J. Walcher, R. Wolfstein, C. Zetkin.

Pour la suite de l'historique des congrès, à partir du 8e congrès du 28 janvier au 1er février 1923, cf. le texte "1924-1932: réaction et contre-attaque" , à commencer par la section "Persistance des clivages au sein du KPD" .

L'exclusion de P. Levi produit des séquelles[131]. Fin septembre a lieu la constitution de la “Communauté de travail communiste” (“Kommunistische Arbeitsgemeinschaft”, KAG), à l'initiative notamment de P. Levi et Hermann Reich ‑ exclus précédemment ‑, Bernhard Düwell et C. Geyer[132] ‑ exclus au 7e congrès ‑, ainsi qu'E. Däumig, A. Hoffmann et Marie Wackwitz qui quittent le Parti. Ils sont tous députés à l'Assemblée nationale. D'autres députés s'y joignent durant les mois qui suivent: Georg Berthele, O. Braß, E. Eichhorn, Philipp Fries, Friedrich Geyer, H. Malzahn, Hans Plettner, Heinrich Teuber, de sorte que leur nombre atteint 15, tandis que le KPD, réduit à 11 députés, perd le statut de groupe à l'Assemblée[133]. En novembre 1921 le KAG organise une conférence nationale qui désigne une direction composée de Däumig, C. Geyer, Georg Ulrich Handke, Hoffmann, Otto Kunze, Levi, M. Sievers.

Parallèlement, des membres du KPD maintiennent des relations étroites avec la KAG, notamment le secrétaire général E. Reuter (Friesland) ainsi qu'O. Braß, H. Malzahn, Paul Neumann. Dans les mois qui suivent le 7e congrès, Reuter avec d'autres membres du Parti, se prononce en faveur d'un rapprochement avec la KAG. Le 27 décembre il est démis de sa fonction. Une réunion de la commission centrale [Zentralausschuß] les 22‑23 janvier 1922 décide par 41 voix contre 4 l'exclusion des partisans de la KAG, dont Reuter, A. Hoffmann, Braß, Paul Franken, P. Wegmann. W. Koenen élu membre de la Centrale. Le groupe d'exclus tient une conférence le 29 janvier et décide de rejoindre la KAG.

Une conférence nationale du KAG tenue le 28 janvier décide d'entamer des négociations avec l'USPD en vue de rejoindre cette organisation. Le 22 février une conférence nationale de l'USPD décide à l'unanimité d'accueillir les membres de la KAG, sous la forme d'admissions individuelles. Parmi les députés de la KAG, 11 adhèrent à l'USPD, tandis que les 4 autres ‑ Eichhorn, Malzahn, Reich, Berthele ‑ rejoignent en tant qu'associés les députés du KPD.

Pratiquement toutes les personnes mentionnées en relation avec la KAG sont venues au KPD par le biais de l'unification avec l'USPD opérée en décembre 1920. Seuls Reuter (Friesland) et Handke avaient été membres du KPD depuis le début. Et la plupart suivent la trajectoire aboutissant au SPD à travers le retour à l'USPD. Il y a quelques exceptions. M. Sievers avait quitté le KAG avant son intégration dans l'USPD, néanmoins lui aussi rejoint le SPD. P. Wegmann avait été d'abord membre de l'USPD, puis avait rejoint le KPD dans le cadre de l'unification en décembre 1920. Mais il ne participe pas à la KAG, par contre il revient en 1922 à l'USPD, et y reste, au lieu d'adhérer au SPD. E. Däumig rejoint l'USPD, il décède en juillet 1922, c'est-à-dire avant le retour de l'USPD au SPD.

Les relations du KPD et de l'Internationale communiste avec le KAPD trouvent également leur dénouement[134]. Compte tenu des positions formulées par cette organisation et ses dirigeants, notamment H. Gorter et Karl Schröder, le présidium du Comité exécutif de l'Internationale communiste décide, le 6 septembre 1921, de rompre tout contact avec eux. Un congrès extraordinaire du KAPD tenu du 11 au 13 septembre 1921, entérine l'abandon de l'IC et décide d'oeuvrer pour la formation d'une Internationale distincte, dénommée “Internationale ouvrière communiste” (“Kommunistische Arbeiter-Internationale”, KAI)[135]. Un certain nombre de membres quitteront le KAPD pour adhérer au KPD.

 

 

 

 

 

Notes



[1]. La Constitution (Loi fondamentale) de la République Socialiste Fédérative Soviétique de Russie fut adoptée le 10 juillet 1918 par le V° Congrès des Soviets de Russie et promulguée le 19 juillet. Le 27 décembre 1922, le premier congrès des Soviets de l'Union adopta à l'unanimité la déclaration de fondation de l'URSS. La constitution de l'Union adoptée le 31 janvier 1923 intègre cette déclaration ainsi qu'un "Pacte de formation de l'URSS" conclu entre la RSFSR et les Républiques Soviétiques d'Ukraine, de Biélorussie et de Transcaucasie.

La dénomination du Parti communiste change en fonction de ces modifications constitutionnelles. En mars 1918 le “Parti ouvrier social-démocrate de Russie (bolchevik)” ‑ POSDR(b) ‑ était devenu “Parti communiste de Russie (bolchevik)” ‑ PCR(b). En décembre 1925 son appellation change en “Parti communiste de l'Union soviétique (bolchevik)” ‑ PCUS(b). L'ajout “bolchevik” sera supprimé en octobre 1952.

[2]R. Zimmermann: Der Leninbund - Linke Kommunisten in der Weimarer Republik, S. 23 (Bibliographie ).

[3]. Le Reichstag était le Parlement, d'abord de la Fédération d'Allemagne du Nord [Norddeutscher Bund] créée en 1867, puis de l'Empire allemand [Deutsches Reich] constitué en 1871. Le terme désignera également par la suite le Parlement dans le cadre de la constitution adoptée le 31 juillet 1919.

[4]. Chronologie .

[5]. Chronologie .

[6]. Chronologie .

[7]. Chronologie .

[8]. Chronologie .

[9]. Chronologie .

[10]. Chronologie .

[11]. Chronologie .

[12]. Chronologie .

[13]. Chronologie .

[14]. Chronologie .

[15]. Chronologie (Documents) .

[16]. Chronologie .

[17]. Chronologie .

[18]. Chronologie .

[19]. Chronologie .

[20]. Chronologie .

[21]. Chronologie (Documents) . Pour le contexte du discours: Chronologie .

[22]. Chronologie .

[23]. Chronologie .

[24]. Chronologie .

[25]. Chronologie .

[26]. Chronologie .

[27]. Chronologie .

[28]. Chronologie .

[29]. Chronologie .

[30]. Chronologie .

[31]. Chronologie .

[32]. Les unités stationnées dans les colonies allemandes de 1881 à 1918 s'appelaient Schutztruppen (forces de protection).

[33]. Chronologie .

[34]L. Berthold, H. Neef: Militarismus und Opportunismus gegen die Novemberrevolution (Bibliographie ).

[35]. Chronologie (Documents) .

[36]G. A. Ritter, S. Miller (Hg.): Die Deutsche Revolution 1918‑1919, S. 326. (Bibliographie ).

[37]. http://wildetexte.blogsport.de/2009/10/05/ernst-meyer-als-fuehrungsmitglied-von-gruppe-internationalespartakusbund-vor-und-waehrend-der-novemberrevolution/

[38]. http://www.marxists.org/deutsch/geschichte/deutsch/kpd/1918/index.htm

W. Pieck: Reden und Aufsätze - Band 1 - 1908‑1950, S. 99. (Bibliographie ).

Geschichte der deutschen Arbeiterbewegung - Chronik - Band 2: Von 1917 bis 1945, S. 46. (Bibliographie ).

W. T. Angress: Die Kampfzeit der KPD - 1921‑1923, S. 43. (Bibliographie ).

[39]. F. Klein (Hg.): Deutschland im ersten Weltkrieg - Band 1 - Vorbereitung, Entfesselung und Verlauf des Krieges bis Ende 1914, S. 470. (Bibliographie ).

H. M. Bock: Syndikalismus und Linkskommunismus von 1918 bis 1923 (1993), S. 67. (Bibliographie ).

H. Weber: Die Gründung der KPD, S. 30. (Bibliographie ).

Beiträge zur Geschichte der deutschen Arbeiterbewegung - Band 12, S. 988. (Bibliographie ).

[40]À ne pas confondre avec Paul Fröhlich, né en 1913 et adhérent au KPD à partir de 1930 (mais ici et là dans la littérature l'orthographe erroné Fröhlich apparaît en association avec les Bremer Linksradikale et Johann Knief).

[41]M. Hájek, H. Mejdrová: Die Entstehung der III. Internationale, S. 28 (Bibliographie ).

[42]. Archiv für Sozialgeschichte - Band 13, S. 393. (Bibliographie ).

W. T. Angress: Die Kampfzeit der KPD..., S. 87. (Bibliographie ).

http://www.bundesarchiv.de/aktenreichskanzlei/1919-1933/0000/bau/bau1p/kap1_2/kap2_5/para3_3.html

[43]G. Hortzschansky, H. Küster, H. Naumann (Hg.): Protokoll des Gründungsparteitages der Kommunistischen Partei Deutschlands (30. Dez. 1918-1. Jan. 1919), S. 92. (Bibliographie ).

G. A. Ritter, S. Miller (Hg.): Die Deutsche Revolution..., S. 328-330. (Bibliographie ).

[44]Dokumente und Materialien zur Geschichte der deutschen Arbeiterbewegung - Reihe 2 - Band 3: Januar 1919‑Mai 1919, S. 9. (Bibliographie ).

[45]G. Hortzschansky, H. Küster, H. Naumann (Hg.): Protokoll des Gründungsparteitages der Kommunistischen Partei Deutschlands... (Bibliographie ).

http://www.marxists.org/deutsch/geschichte/deutsch/kpd/1918/tag1pm.htm

[46]. http://www.marxists.org/deutsch/geschichte/deutsch/kpd/1918/tag2pm2.htm

[47]E. Pilz: Das Ideal der Mitmenschlichkeit - Frauen und die sozialistische Idee (Bibliographie ).

[48]. http://www.sinistra.net/komintern/wk1/protid.html

M. Hájek, H. Mejdrová: Die Entstehung der III. Internationale (Bibliographie ).

W. Hedeler, A. Vatlin (Hg.): Die Weltpartei aus Moskau - der Gründungskongress der Kommunistischen Internationale 1919 - Protokoll und neue Dokumente (Bibliographie ).

[49]Dokumente und Materialien zur Geschichte der deutschen Arbeiterbewegung - Reihe 2 - Band 7 - Halbband 1: Februar 1919‑Dezember 1921 (Bibliographie ).

Parteihochschule "Karl Marx" - Berlin (Hg.): Die Herausbildung der Kommunistischen Partei Deutschlands im Kampf gegen Imperialismus und Krieg (Jahrhundertwende bis 1918) (Bibliographie ).

[50]. http://www.glasnost.de/hist/wr/weimar1.html.

Geschichte der deutschen Arbeiterbewegung - Chronik - Band 2, S. 76. (Bibliographie ).

Wissenschaftliche Zeitschrift der Ernst-Moritz-Arndt Universität Greifswald - Gesellschafts- und Sprachwissenschaftliche Reihe - Bände 29-30. (Bibliographie ).

[51]Dokumente und Materialien zur Geschichte der deutschen Arbeiterbewegung - Reihe 2 - Band 7 - Halbband 1, S. 134 (Bibliographie ).

[52]Dokumente und Materialien zur Geschichte der deutschen Arbeiterbewegung - Reihe 2 - Band 7 - Halbband 1, S. 136 (Bibliographie ).

[53]. http://www.horst-groschopp.de/sites/default/files/Biographie Otto Rühle [1992].pdf

[54]Geschichte der deutschen Arbeiterbewegung - Chronik - Band 2, S. 76. (Bibliographie ).

H. Weber, Der deutsche Kommunismus - Dokumente 1915-1945 (Bibliographie ) donne: Heinrich Brandler, Hugo Eberlein, Paul Frölich, Ernst Meyer, Wilhelm Pieck, August Thalheimer, Clara Zetkin, et comme candidats: Ernst Friesland, Arthur Hammer, Fritz Hecken, Joseph Köring, Paul Lange, Fritz Schnellbacher, Jacob Walcher. On note qu'ici Pieck ne figure pas, par contre Frölich est membre à plein titre.

C. Geyer: Die revolutionäre Illusion - zur Geschichte des linken Flügels der USPD - Erinnerungen (Bibliographie ) indique pour Pieck: "1919-1933 (avec une interruption) membre de la Centrale respectivement du Comité central du KPD". "Interruption" se rapporterait ici à la Centrale élue par le 2e congrès.

[55]M. Hájek, H. Mejdrová: Die Entstehung der III. Internationale (Bibliographie ).

[56]. L'un et l'autre de ces centres sont désignés souvent respectivement (ou indistinctement) comme “Bureau ouest-européen” et “Secrétariat ouest-européen”.

[57]Geschichte der deutschen Arbeiterbewegung - Chronik - Band 2, S. 82. (Bibliographie ).

Dokumente und Materialien zur Geschichte der deutschen Arbeiterbewegung - Reihe 2 - Band 7 - Halbband 1, S. 195. (Bibliographie ).

[58]A. Gallus: Die vergessene Revolution von 1918-19 (Bibliographie ).

[59]. http://www.horst-groschopp.de/sites/default/files/Biographie Otto Rühle [1992].pdf.

M. Hájek, H. Mejdrová: Die Entstehung der III. Internationale, S. 106. (Bibliographie ).

Geschichte der deutschen Arbeiterbewegung - Chronik - Band 2, S. 82. (Bibliographie ).

[60]Geschichte der deutschen Arbeiterbewegung - Chronik - Band 2, S. 82. (Bibliographie ).

[61]. M. Hájek, H. Mejdrová: Die Entstehung der III. Internationale, S. 157. (Bibliographie ).

[62]. M.‑L. Goldbach: Karl Radek und die deutsch-sowjetischen Beziehungen 1918-1923. (Bibliographie ).

H. M. Bock: Geschichte des "linken Radikalismus" in Deutschland: ein Versuch. (Bibliographie ).

[63]. W. T. Angress: Die Kampfzeit der KPD.... (Bibliographie ).

M. Hájek, H. Mejdrová: Die Entstehung der III. Internationale. (Bibliographie ).

H. Schumacher: Die Kommunistische Internationale (1919-1943) - Grundzüge ihres Kampfes für Frieden, Demokratie, nationale Befreiung und Sozialismus. (Bibliographie ).

J. T. Degras (Ed.): The Communist International, 1919-1943 - Documents - Volume 1 - 1919‑1922. (Bibliographie ).

[64]. M. Hájek, H. Mejdrová: Die Entstehung der III. Internationale, S. 107, S. 221. (Bibliographie ).

http://www.horst-groschopp.de/sites/default/files/Biographie Otto Rühle [1992].pdf

http://de.internationalism.org/revo/237

G. Koenen, L. Kopelev (Hg.): Deutschland und die Russische Revolution - 1917‑1924. (Bibliographie ).

[65]Kommunistische Internationale (Hg.): Leitsätze und Statuten der Kommunistischen Internationale. Beschlossen vom II. Kongress der Kommunistischen Internationale, Moskau, vom 17. Juli bis 7 August 1920. (Bibliographie ).

[66]. F. Hirschinger: Kommunistische Parteisäuberungen in Saxe-Anhalt 1918‑1953, S. 34. (Bibliographie ).

http://library.fes.de/fulltext/bibliothek/chronik/band2/e235f234.html

http://library.fes.de/fulltext/bibliothek/chronik/band2/e235f235.html

M.‑L. Goldbach: Karl Radek und die deutsch-sowjetischen Beziehungen..., S. 70. (Bibliographie ).

[67]Geschichte der deutschen Arbeiterbewegung - Chronik - Band 2, S. 99. (Bibliographie ).

[68]Geschichte der deutschen Arbeiterbewegung - Chronik - Band 2, S. 101. (Bibliographie ).

[69]. http://www.bundesarchiv.de/aktenreichskanzlei/1919-1933/0000/feh/feh1p/kap1_2/kap2_81/para3_7.html

http://www.bundesarchiv.de/aktenreichskanzlei/1919-1933/0000/feh/feh1p/kap1_2/kap2_88/para3_4.html

http://www.bundesarchiv.de/aktenreichskanzlei/1919-1933/0000/feh/feh1p/kap1_2/kap2_90/para3_1.html

M.‑L. Goldbach: Karl Radek und die deutsch-sowjetischen Beziehungen..., S. 70. (Bibliographie ).

[70]D. Engelmann, H. Naumann: Zwischen Spaltung und Vereinigung - die Unabhängige Sozialdemokratische Partei Deutschlands in den Jahren 1917‑1922. (Bibliographie ).

SPD (Hg.): Sozialdemokratische Partei Deutschlands/Unabhängige Sozialdemokratische Partei Deutschlands - Parteitage 1922 - Protokolle (Bibliographie ).

[71]. W. T. Angress: Die Kampfzeit der KPD.... (Bibliographie ).

M. Hájek, H. Mejdrová: Die Entstehung der III. Internationale. (Bibliographie ).

Dokumente und Materialien zur Geschichte der deutschen Arbeiterbewegung - Reihe 2 - Band 7 - Halbband 1. (Bibliographie ).

Geschichte der deutschen Arbeiterbewegung - Chronik - Band 2, S. 105. (Bibliographie ).

[72]. G. A. Ritter, S. Miller (Hg.): Die Deutsche Revolution..., S. 179. (Bibliographie ).

[73]. Chronologie .

[74]. Chronologie .

[75]. W. Groener: Lebenserinnerungen - Jugend, Generalstab, Weltkrieg, S. 477. (Bibliographie ).

[76]. Chronologie .

[77]Chronologie (Documents) .

[78]Chronologie (Documents) .

[79]. Chronologie .

[80]. Dans le système fédératif allemand, les entités réunies dans l'état fédéral (le Reich, littéralement Empire) sont les Länder (singulier Land, littéralement pays). Les parlements respectifs sont le Reichstag et le Landtag. Du point de vue de l'étymologie, les origines de Tag et du terme utilisé en français Diète se rencontrent: Tag signifie jour, et Diète dérive du mot latin de même signification dies. Le Reich est gouverné par un président du Reich [Reichspräsident] ainsi qu'un gouvernement du Reich [Reichsregierung], lequel est composé de ministres [Reichsminister] et dirigé par un chancelier du Reich [Reichskanzler]. Les Länder sont gouvernés par un gouvernement local [Staatsministerium], lequel est composé de ministres [Staatsminister] et dirigé par un premier ministre [Ministerpräsident]. Berlin, Brême et Hambourg constituent des cas spécifiques: ce sont des Stadtstaaten [littéralement états-ville], c'est-à-dire des villes qui ont un statut de Land. Dans ce cadre, le parlement est désigné par le terme d'Abgeordnetenhaus [chambre de députés] (pour Berlin) ou Bürgerschaft [Bürger signifie citoyen] (pour Brême et Hambourg), et le gouvernement est nommé Senat.

[81]Pour les évènements à Berlin durant le mois de mars 1919: Chronologie .

[82]. Chronologie .

[83]Pour les antécédents, cf. Chronologie .

[84]. Chronologie .

[85]. Chronologie .

[86]. Chronologie .

[87]. http://www.dadaweb.de/wiki/Märzrevolution

[88]. Chronologie .

[89]. http://www.deutsche-revolution.de/kapp-putsch-18.html

E. Lucas: Märzrevolution 1920 - Band 1 - Vom Generalstreik gegen den Militärputsch zum bewaffneten Arbeiteraufstand März‑April 1920, S. 127. (Bibliographie ).

[90]. http://www.scharf-links.de/49.0.html?&tx_ttnews[tt_news]=12165&cHash=bd15fb88bd

E. Lucas: Märzrevolution 1920 - Band 1, S. 129. (Bibliographie ).

[91]. http://www.deutsche-revolution.de/kapp-putsch-147.html

[92]. http://www.dadaweb.de/wiki/Märzrevolution

http://www.deutsche-revolution.de/kapp-putsch-147.html

[93]. http://www.dadaweb.de/wiki/Märzrevolution

[94]. http://www.trend.infopartisan.net/trd0200/t200200.html

[95]. http://www.trend.infopartisan.net/trd0301/t120301.html;

http://www.trend.infopartisan.net/trd0200/t200200.html

[96]. E. Kolb: Friedrich Ebert als Reichspräsident, S. 272. (Bibliographie ).

[97]. E. Könnemann, G. Schulze (Hg.): Der Kapp-Lüttwitz-Ludendorff-Putsch: Dokumente, S. 641-642. (Bibliographie ).

[98]. http://www.deutsche-revolution.de/kapp-putsch-188.html

[99]. http://www.deutsche-revolution.de/kapp-putsch-190.html

[100]. http://www.trend.infopartisan.net/trd0200/t200200.html

[101]. http://www.deutsche-revolution.de/kapp-putsch-4.html

[102]. Chronologie .

[103]. À ne pas confondre avec Georg von Oven (cousin d'Ernst), mentionné plus haut au sujet des événements d'avril 1919 en Bavière.

[104]. http://www.trend.infopartisan.net/trd0200/t200200.html

[105]. http://www.trend.infopartisan.net/trd0200/t200200.html

http://www.bundesarchiv.de/aktenreichskanzlei/1919-1933/0000/bau/bau1p/kap1_2/para2_220.html

[106]. http://www.trend.infopartisan.net/trd0200/t200200.html

[107]. http://www.trend.infopartisan.net/trd0200/t200200.html

H. M. Bock: Syndikalismus und Linkskommunismus von 1918 bis 1923 (1969). (Bibliographie ).

[108]. À ne pas confondre ni avec Ernst ni avec Georg von Oven, mentionnés plus haut.

[109]. http://www.dhm.de/lemo/html/1920/

[110]Chronologie .

[111]. H. v. Ooyen: Heute gehört uns Deutschland... die lange Geschichte der faschistischen Machtergreifung. (Bibliographie ).

Institut für Marxismus-Leninismus beim ZK der SED (Hg.): Die Märzkämpfe 1921 - mit Dokumentenanhang. (Bibliographie ).

[112]. http://www.aufbau.org/index.php/schlagzeilen-topmenu-64/1102-max-h-der-unbeugsame

http://www.naumburg-geschichte.de/geschichte/leuna.htm

[113]. http://www.karin-kramer-verlag.de/lp/237-7-lp.html

http://library.fes.de/jportal/servlets/MCRFileNodeServlet/jportal_derivate_00020254/afs-1975-331.pdf

Archiv für Sozialgeschichte - Band 14. (Bibliographie ).

M. Giger: Über Max Hoelz - "Vom Weißen Kreuz zur roten Fahne". (Bibliographie ).

P. Giersich, B. Kramer: Max Hoelz - sein Leben und sein Kampf. (Bibliographie ).

M. Gebhardt: Max Hoelz - Wege und Irrwege eines Revolutionärs. (Bibliographie ).

[114]. http://www.karin-kramer-verlag.de/lp/237-7-lp.html

E. Könnemann, G. Schulze (Hg.): Der Kapp-Lüttwitz-Ludendorff-Putsch: Dokumente, S. 670. (Bibliographie ).

[115]"An die revolutionären Arbeiter Deutschlands. (Moskau, 6. April 1921.)",

Exekutivkomitee der Kommunistischen Internationale (Hg.): Die Kommunistische Internationale - 2. Jahrgang - Nummer 17, S. 413‑415 (Bibliographie )

[116]Dokumente und Materialien zur Geschichte der deutschen Arbeiterbewegung - Reihe 2 - Band 7 - Halbband 1. (Bibliographie ).

Geschichte der deutschen Arbeiterbewegung - Chronik - Band 2, S. 109. (Bibliographie ).

[117]. S. Weber: Ein kommunistischer Putsch? - Märzaktion 1921 in Mitteldeutschland, S. 201. (Bibliographie ).

http://www.marxismus-online.eu/display/dyn/x191360e0-f4d1-4407-affe-f8f404af4f8f/content.html

P. Levi: Unser Weg wider den Putschismus. (Bibliographie ).

[118]. Dokumente und Materialien zur Geschichte der deutschen Arbeiterbewegung - Reihe 2 - Band 7 - Halbband 1, S. 456. (Bibliographie ).

[119]. W. T. Angress: Die Kampfzeit der KPD..., S. 136. (Bibliographie ).

[120]. Exekutivkomitee der Kommunistischen Internationale (Hg.): Die Kommunistische Internationale - 2. Jahrgang - Nummer 17, (Bibliographie ).

[121]Geschichte der deutschen Arbeiterbewegung - Chronik - Band 2, S. 110. (Bibliographie ).

[122]. H. Schumacher: Die Kommunistische Internationale (1919-1943) - Grundzüge ihres Kampfes für Frieden, Demokratie, nationale Befreiung und Sozialismus. (Bibliographie ).

Exekutivkomitee der Kommunistischen Internationale (Hg.): Bericht über die Tätigkeit des Präsidiums und der Exekutive der Kommunistischen Internationale für die Zeit vom 6. März bis 11. Juni 1922. (Bibliographie ).

[123]Exekutivkomitee der Kommunistischen Internationale (Hg.): Bericht über die Tätigkeit ... 6. März bis 11. Juni 1922. (Bibliographie ).

A. Reisberg: Der Kampf der KPD um die Aktionseinheit in Deutschland 1921‑1922 - Band 1, S. 197. (Bibliographie ).

Archiv für die Geschichte des Sozialismus und der Arbeiterbewegung - Band 13. (Bibliographie ).

[124]. Kommunistischen Internationale - Dritter Weltkongress (22. Juni - 12. Juli 1921) - Thesen und Resolutionen, pp. 31‑63 (Bibliographie ), ici p. 52.

http://www.marxismus-online.eu/debatte/programm/einheitsfront/taktik3KI.html

Librairie du Travail (Éd.): Internationale Communiste - Quatre premiers congrès (1919‑1923) - Manifestes, thèses et résolutions (Bibliographie )

http://classiques.uqac.ca/classiques/Internationale_communiste/Quatre_premiers_congres_IC/Quatre_premiers_congres_IC.doc

[125]"Rede zur Verteidigung der Taktik der Kommunistischen Internationale", 1. Juli 1921, in:

W. I. Lenin: Werke - Band 32 - Dezember 1920‑August 1921, S. 491‑500 (Bibliographie ), ici S. 496.

"Discours en faveur de la tactique de l'Internationale communiste", 1er juillet 1921, in:

V. I. Lénine: Oeuvres - Tome 32 - Décembre 1920‑août 1921, p. 498‑508 (Bibliographie ), ici p. 503.

[126]"Brief an die deutschen Genossen", 14. August 1921, in:

W. I. Lenin: Werke - Band 32, S. 537‑548 (Bibliographie ), ici p. 541.

"Lettre aux communistes allemands", 14 août 1921, in:

V. I. Lénine: Oeuvres - Tome 32 - Décembre 1920‑août 1921, p. 545‑556 (Bibliographie ), ici p. 549‑550.

[127]"Notizen eines Publizisten", Februar 1922, in:

W. I. Lenin: Werke - Band 33 - August 1921 - März 1923, S. 188‑196 (Bibliographie ), ici p. 192‑193

"Note d'un publiciste", février 1922, in:

V. I. Lénine: Oeuvres - Tome 33 - Aout 1921‑mars 1923, p. 205‑213 (Bibliographie ), ici p. 209‑210.

[128]Geschichte der deutschen Arbeiterbewegung - Chronik - Band 2, S. 116. (Bibliographie ).

[129]Dokumente und Materialien zur Geschichte der deutschen Arbeiterbewegung - Reihe 2 - Band 7 - Halbband 1, S. 560. (Bibliographie ).

[130]Dokumente und Materialien zur Geschichte der deutschen Arbeiterbewegung - Reihe 2 - Band 7 - Halbband 1, S. 533. (Bibliographie ).

[131]. S. Koch-Baumgarten: Die Märzaktion der KPD 1921, S. 147. (Bibliographie ).

E. Wolowicz: Linksopposition in der SPD von der Vereinigung mit der USPD 1922 bis zur Abspaltung der SAPD 1931 - Band 1, S. 77. (Bibliographie ).

G. Watermeier: Die Verdrängung der ursprünglichen Führungskräfte der kommunistischen Partei Deutschlands (1919‑1929), S. 8. (Bibliographie ).

H. J. Reichhardt: Ernst Reuter, S. 79. (Bibliographie ).

Geschichte der deutschen Arbeiterbewegung - Chronik - Band 2, S. 124. (Bibliographie ).

[132]. Curt Geyer est fils de Friedrich Geyer, également membre du KPD.

[133]E. R. Huber: Deutsche Verfassungsgeschichte seit 1789 - Band 6, S. 259. (Bibliographie ).

[134]A. Reisberg: Der Kampf der KPD um die Aktionseinheit ... - Band 1, S. 197. (Bibliographie ).

[135]. H. M. Bock: Syndikalismus und Linkskommunismus von 1918 bis 1923 (1993), S. 341. (Bibliographie ).